Corruption à l’Ast, la Revue annule deux mesures pour les propriétaires d’agences d’intérim (VIDEO)

#Corruption #Revue #annule #deux #mesures #pour #les #propriétaires #dagences #dintérim #VIDEO #BlogSicilia #Dernières #nouvelles #Sicile

Le tribunal de révision de Palerme a annulé les mesures conservatoires à l’encontre des propriétaires de l’agence d’intérim qui fournissait du personnel à l’AST de Palerme, la société qui gère les transports publics urbains.
Le recours présenté par l’avocat Donatello Cimadomo et qui concernait Giuseppe Telesca et Mario Salbitani, propriétaires de l’agence d’intérim qui fournissait du personnel à l’entreprise de transport, a été accepté.

Les accusations

En particulier, les deux, à la suite de la tempête qui a culminé avec l’enquête qui avait abouti à 16 suspects et 8 mesures d’inhabilité, avaient eu la mesure conservatoire de l’interdiction de contracter avec l’administration publique pendant 12 mois.
Disposition qui a été exécutée par la police financière le 22 février dernier pour fraude aux fournitures publiques.
Le même avocat Cimadomo l’a fait savoir à Ansa.

L’objet de cette partie de l’enquête

Au centre de l’enquête des financiers se trouve la société de transport sicilienne, avec des épisodes présumés de corruption et d’escroqueries.
Telesca, 46 ans, et Salbitani, 37 ans, sont impliqués en raison de circonstances liées à la société “IN.HR Agenzia per il lavoro srl” de Potenza.
Selon les premières hypothèses accusatrices, cette agence d’intérim a géré la partie des embauches en CDD après avoir décroché le contrat de 6 millions d’euros.
Les recrutements, selon les enquêteurs, auraient été influencés par une logique de nature politique plutôt que par de réels besoins commerciaux.

L’échafaudage de l’enquête

Dans l’ensemble, l’enquête a fait plusieurs allégations.
Les suspects sont accusés de diverses manières de corruption pour un acte contraire aux devoirs officiels, atteinte à la liberté des enchantements, atteinte à la liberté de la procédure de choix de l’entrepreneur, mensonge idéologique dans l’acte public, escroquerie aux fournitures publiques et escroquerie aggravée au détriment de l’état.
L’un des suspects a été assigné à résidence et huit ont bénéficié de mesures d’inhabilité d’une durée d’un an, de suspension de l’exercice d’une fonction ou d’un service public et d’interdiction de contracter avec l’administration publique.

Enquêtes de la police financière

Selon les investigations de la police financière, la gestion de l’entreprise aurait été superficielle et privatisée par le top management, qui aurait enfreint les règles de transparence publique et aurait favorisé certaines entreprises, perturbant diverses procédures d’approvisionnement telles que l’achat de pneumatiques, au détriment d’autres fournisseurs éventuels, l’acquisition de bus d’entreprise, par le recours à la procédure négociée et la délégation de la prestation d’audit et de prestation de services pour les phases de démarrage d’une compagnie aérienne.
Le directeur général de l’Ast fait l’objet d’une enquête pour corruption pour avoir illégalement confié la fonction de commissaire aux comptes à un professionnel, qui, en échange, aurait omis les irrégularités comptables en faisant paraître légitimes les états financiers de l’entreprise publique.

Articles Liés

This post is also available in: English