tremblement de terre UDC. Pinuccio Lavima renonce à tous les postes du parti

#tremblement #terre #UDC #Pinuccio #Lavima #renonce #tous #les #postes #parti

« L’UDC a fait ses propres choix.
Pinuccio Lavima a dès lors fait sienne, choisissant la cohérence, la loyauté, la fiabilité, la dignité, sa propre idée de la politique et du parti qui caractérise son histoire depuis 1978, date à laquelle il a rejoint pour la première fois le parti Démocratie chrétienne.

C’était l’époque des idéaux politiques dans un contexte où l’appartenance à un parti équivalait presque à sanctionner un mariage indissoluble.
« Pour cette raison – souligne Lavima – après 44 ans, le symbole du scudocrociato est toujours cousu sur moi.
C’était l’époque où les partis exprimaient une classe dirigeante forte, fortement liée à leur territoire, à leurs partisans, à leurs adhérents et pourquoi pas à leurs propres courants.
C’était l’époque où la perte d’un seul membre du parti supposait une mobilisation générale pour le récupérer.
D’autres fois, une autre classe dirigeante dont il ne reste malheureusement aujourd’hui que l’histoire et le symbole du bouclier croisé ».

Pinuccio Lavima a été formé politiquement avec cette culture et qu’il n’a jamais abandonnée dans sa carrière et dans les rôles que j’ai couverts dans ce long militantisme.
« Comme toute personne qui s’occupe de politique – explique-t-il – j’ai eu beaucoup de défaites, comme j’ai eu beaucoup de victoires, mais dans les deux cas mes principes et mes valeurs n’ont jamais failli et tout cela me permet de regarder directement n’importe qui.
les yeux sans être sûr de les baisser.
Je crois fermement qu’aujourd’hui ceci est apprécié par le peuple ce qui me permettra de continuer à marcher la tête haute parmi le peuple et pourquoi pas, s’il le faut, de continuer à exprimer ma pensée politique, fort de quarante ans de militantisme politique.
Une chose est sûre : je ne m’ennuierai pas sans être soldat dans un parti, mais je garderai jalousement mon passé, mon présent et mon avenir toujours avec la constance, la loyauté, la fiabilité, la dignité qui font mon histoire personnelle.
Personnellement, je n’ai pas besoin de construire une nouvelle histoire parce que j’ai une histoire », poursuit le résigné lui-même.

« Je continuerai à témoigner de mon engagement – ajoute Lavima – selon les principes et les valeurs qui me caractérisent, en attendant je serai attentif et sensible à un réveil souhaitable et nécessaire avec de nouvelles agrégations mais surtout avec une grande attention à l’immense patrimoine constitué par les jeunes qui sont les seuls à donner confiance et espoir, qu’ils les voient comme des protagonistes et qu’ils font sortir la ville de la torpeur dans laquelle elle a été reléguée, construisant une idée de projet qui projettera vers de nouveaux espaces pour la Modica du futur.
Quelque chose dans ce sens est déjà en mouvement et peut être l’engagement à travailler.
Concernant spécifiquement ma position dans le parti et les nominations pour les élections régionales, conclut Lavima, je ne suis pas d’accord avec leurs choix ni leurs modalités.
Ce n’est pas un candidat qui se présente à un parti, mais tout un parti qui se présente à une candidature.
Ceci n’est paradoxalement pas une preuve de force mais au contraire pour les populations cela pourrait apparaître comme un symptôme de faiblesse dicté par la peur de l’incertitude par rapport aux objectifs fixés au niveau régional.
En conséquence, je renonce à tous les postes actuellement occupés au sein du parti et sous réserve de mes réflexions ultérieures ».

sauvegarder

Actualité actualisée de la Sicile 2022-07-05 14:57:00

This post is also available in: Français Espagnol