Syracuse, a présenté le nouveau parcours archéologique sous-marin Le Mazzere il est situé dans la zone B d’Amp Plemmirio

#Syracuse #présenté #nouveau #parcours #archéologique #sousmarin #Mazzere #est #situé #dans #zone #dAmp #Plemmirio

Une journée pleine d’émotions dans l’Aire Marine Protégée du Plemmirio où, ce matin, le nouvel itinéraire archéologique sous-marin Le Mazzere a été présenté.
Créé dans le but de protéger, sauvegarder et valoriser le patrimoine culturel submergé, conformément aux finalités institutionnelles de la réserve marine de Syracuse, l’itinéraire archéologique guidé est déjà utilisable par les plongeurs de manière autonome et avec l’accompagnement de guides de plongée du centre de plongée accrédités.

Le site concerné est situé dans la zone B de l’aire marine et est identifié au nom de « Mazzere » déjà utilisé par le passé comme site de plongée dans la mer protégée du Plemmirio.
De nombreuses idées et nouveautés ont émergé au cours de la matinée qui a vu la participation d’intervenants d’exception.
Le vice-président de l’Amp Plemmirio Marco Mastriani, qui a ouvert la conférence, a mis l’accent sur l’importance d’une utilisation plus large et plus complète du territoire.

« Il existe – a déclaré Mastriani – une relation forte entre les aspects culturels et naturels des lieux que nous entendons promouvoir la connaissance et la valorisation, tant sur terre qu’en mer.
Nous ne pouvons que saluer avec satisfaction toute initiative éco-compatible qui va dans le sens d’augmenter l’offre touristique à partir de notre mer, qui a un potentiel d’attraction énorme ».

Le conseiller municipal Fabio Granata a rappelé la grande synergie et la vision commune qui le liaient à la figure de Sebastiano Tusa, premier et historique surintendant de la mer.
« A cette époque – a rappelé Granata – il n’y avait pas de distinction entre les données politiques et administratives, ce qui émergeait avec une grande force n’était que le désir de protéger et de mettre en valeur la mer.
Aujourd’hui, nous parlons encore ici de la continuation de cette heureuse intuition.
Nous sommes en présence d’une nouvelle frontière de voyage en Sicile, nous avons un « musée répandu » dans ces lieux extraordinaires et la mère de toutes les batailles ne peut désormais être que l’institution d’une réserve terrestre de Plemmirio, qui favorisera un chemin grandiose de redécouverte, avec une extension qui comprendra toute la côte syracusaine ».
Après les salutations institutionnelles pour le Consortium libre de la municipalité, par Giovanni Vallone et, pour la capitainerie locale du lieutenant Anna Bonanno, Pietro Selvaggio, officier exécutif de la Surintendance de la mer de la région sicilienne, est intervenu, qui a apporté les salutations du surintendant Ferdinando Maurici.
Était également présent à la conférence le frère de Maurici, Giuseppe, directeur du Département de l’Environnement de la Région.

De nombreuses nouvelles sur le tapis annoncées par le fonctionnaire de la Surintendance de la mer, qui était accompagné de Salvo Emma et Aurelio Vaccaro, membres de l’Unité sous-marine de l’Entité.
Depuis le début des recherches en haute mer (Pas Progetto Altofondale Sicilia), jusqu’aux recherches et fouilles du navire Marausa2 et de l’épave du Gela2, ou la fouille de l’épave du Scoglio Bottazza au départ en juillet, et jusqu’à la construction de l’Arsenal Marina Regia de Palerme destiné à devenir le Musée de la Mer.

« Ce sont des initiatives – a expliqué Selvaggio – qui ont commencé avec le surintendant de Tusa et sur lesquelles nous travaillons toujours, l’un des principaux objectifs était précisément la création d’itinéraires archéologiques sous-marins et celui de Plemmirio est le numéro vingt-quatre en Sicile ».

L’intervention de Valeria Li Vigni, ancienne surintendante de la mer, veuve de Tusa, présidente de la Fondation homonyme, qui a rendu compte de l’importance des itinéraires sous-marins dans le réseau des parcs archéologiques, est très attendue.
Li Vigni, à l’aide de diapositives, a raconté l’engagement actuel de la Fondation Tusa et du magazine archéologique, qui va du développement des enquêtes et de la recherche, à la formation des jeunes, à la promotion des investigations archéométriques et des nouvelles technologies à la service des activités sous-marines.
Parmi les vidéos proposées, également le « cœur » de Tusa, une sculpture de Giacomo Rizzo qui se situe à Punta Falconieri dans les profondeurs d’Ustica.

« Je remercie le président de l’aire marine protégée Plemmirio Patrizia Maiorca – a souligné Li Vigni – pour cette importante synergie au nom de l’amour de la mer, c’est agréable de retrouver ici des amis de vingt ans avec qui nous avons partagé de nombreux projets qui aujourd’hui nous nous rendons compte ».

Ensuite, une étude approfondie sur l’archéologie du Plemmirio, de la Préhistoire à l’Antiquité tardive par l’archéologue Paolo Scalora, ancien auteur d’études sur la région qui ont mis au jour diverses curiosités, notamment sur la Pillirina.
« Dans la Grotte – dit Scalora, entre autres dans un excursus riche en histoire et en anecdotes, sur les lieux et aussi sur les toponymes – on a même trouvé des dents d’hippopotame ».
Lorenzo Guzzardi, directeur du Parc archéologique de Leontinoi a également exprimé son appréciation pour l’initiative.

Enfin, le mot a été passé à Fabio Portella, instructeur et guide de plongée du Capo Murro Diving Center, qui, également assisté de la biologiste Linda Pasolli présente à l’événement, a eu pour tâche d’illustrer en détail le nouveau parcours de « Le Mazzere » dans le mer protégée par Plemmirio.
« Le mien – commença Portella – était une idée, les objets étaient déjà là ».

Dans ce site, les tempêtes de ces dernières années, ont découvert quelques ancres en plomb et en fer, ce qui laisse penser que la zone peut représenter un site de mouillage ancien car bien abrité du vent dominant du nord-est.

« Les ancres – a expliqué Portella – sont réparties le long d’une crête rocheuse à une profondeur comprise entre 20 et 28 mètres et émergent d’un fond sableux mélangé à Posidonia oceanica.
Dans la zone, il y a aussi des blocs de pierre attribuables aux activités de pêche de l’ex-tonnarella di Terrauzza.
Ces blocs, appelés mazzere, donnent le nom au spot de plongée ».

Actualité actualisée de la Sicile 2022-06-24 15:34:00

This post is also available in: Anglais Français Espagnol