synergie entre l’Université de Palerme et les entreprises Nebrodi

#synergie #entre #lUniversité #Palerme #les #entreprises #Nebrodi

« Laboratoire Vivant », un terme anglais pour identifier un laboratoire de vie, créé pour relancer le secteur agro-alimentaire, dans des territoires déprimés.
C’est un objectif ambitieux qu’elle se fixe l’Université de Palerme avec quelques communes de l’arrière-pays nébroïde : réunir des institutions et des entreprises d’excellence, afin de relancer le territoire sur des bases solides, pointant l’index vers le facteur savoir.
Le projet est financé par des fonds européens.
Quinze professeurs universitaires font partie du groupe de travail, actif depuis novembre dernier.
Le directeur scientifique est le professeur Nicolas Francescatandis que les relations entre l’université et les entreprises sont gérées par Manuela Raimondi Lazarevic’.

L’Université travaille en partenariat avec des entreprises spécialisées dans l’aide aux entreprises telles que Euris et Italia Camp, qui en plus de proposer des techniques innovantes de croissance des entreprises, apportent également un soutien à la formation des start-ups et à la formation du personnel des entreprises.Opan (organisation de produits des éleveurs Nebrodi), une réalité ancrée dans la région depuis des années, dont il est président Giuseppe Frustéri.
Une dizaine de communes ont rejoint le projet, ouvrant la voie Sant’Agata Militellomais le quartier général opérationnel a été identifié un Galati Mamertino.
Une série de journées thématiques sont prévues, dédiées à la gastronomie locale, on mentionne par exemple le salami de porc noir, les bières, les douceurs aux amandes et noisettes et le miel, ce dernier protagoniste de l’un des premiers événements fin mai.

Galati Mamertino est bien connu pour certaines entreprises productrices de miel qui ont obtenu le présidium de Slow food, comme Emanumiele et Cirrito, mais aussi le Casaleni naturel Bio de l’entrepreneur Placido Salamonebasée à Castel di Tusa, qui a fait connaître l’un de ses fleurons : lehydromelune boisson produite avec des méthodes anciennes, précisément à partir de la fermentation du miel.

« Le nôtre est un sujet de recherche innovant au service des entreprises – a expliqué Nicola Francesca – et nous sommes heureux qu’il ait été reçu et contracté de manière significative par des municipalités situées dans une belle région, mais déprimées car la zone interne des montagnes est considérée Nébrodi.
Je suis sûr que la synergie qui s’est créée avec les collectivités locales et les entreprises aboutira à des résultats considérables ».

« Outre les entrepreneurs, les lycéens et les chômeurs peuvent participer aux cours de transformation technique des entreprises, prévus dans les prochains mois.
En octobre, une journée dédiée à la bière est déjà prévue, et ici nous nous occuperons de certains aspects pour améliorer le produit, par exemple nous apprendrons aux entreprises et aux étudiants, grâce à une recherche minutieuse, comment améliorer son parfum.
Un projet qui regarde concrètement vers l’avenir – dit-il Placido Salamone -.
En tant qu’entrepreneur, je crois qu’il est essentiel que certaines ressources soient investies dans la recherche et l’expérimentation.
Un travail spécialisé que les entreprises ne peuvent mener seules mais nécessairement avec le soutien des universités.
La production d’hydromel est certainement l’une des questions à explorer en raison de l’énorme potentiel que ce produit exprime, au point de l’inclure dans le programme d’archéologie à déguster que je mène activement avec des organismes publics et des investisseurs privés ».

Le Living Lab est un véritable service aux entreprises visant à faire monter les savoir-faire. En plus de suivre les différentes phases du projet, les professeurs universitaires suivront également les stagiaires dans les phases de formation, afin de faire des entreprises à fort potentiel, mais nées sur un territoire peu développé, de véritables laboratoires.

« ) .attr (n.scriptAttrs || {}).
prop ({charset : n.scriptCharset, src : n.url}).
on ( » erreur de chargement « , i = fonction (e) {r.remove () , i = null, e && t (« error » === e.type ? 404 : 200, e.type)}), E.head.appendChild (r[0])}, abandon : fonction () {i && i ()}}} ); var Ut, Xt =[]Vt = / (=) ? (? = & | $) | ? ? /; S.ajaxSetup ({jsonp : « callback », jsonpCallback : function () {var e = Xt.pop () || S.expando + « _ » + Ct.guid ++ ; renvoie ceci[e]=! 0, e}}), S.ajaxPrefilter (« json jsonp », function (e, t, n) {var r, i, o, a =! 1! == e.jsonp && (Vt.test ( e .url) ? « url »: « string » == typeof e.data && 0 === (e.contentType || «  »).
indexOf (« application / x-www-form-urlencoded ») && Vt.
test (e.
data) && « data »); if (a || « jsonp » === e.dataTypes[0]) return r = e.jsonpCallback = m (e.jsonpCallback)? e.jsonpCallback() : e.jsonpCallback, a? e[a]= et[a].replace (Vt, « $ 1 » + r) :! 1! == e.jsonp && (e.url + = (Et.test (e.url) ? « & »: « ? ») + e.jsonp + « = » + r), e.convertisseurs[« script json »]= fonction () {retour o || S.error (r + « n’a pas été appelé »), o[0]}, e.dataTypes[0]= « json », je = C[r]C[r]= fonction () {o = arguments}, n.toujours (fonction () {void 0 === i? S (C) .removeProp (r): C[r]= je, e[r]&& (e.jsonpCallback = t.jsonpCallback, Xt.push (r)), o && m (i) && i (o[0]), o = i = void 0}), « script »}), y.createHTMLDocument = ((Ut = E.implementation.createHTMLDocument («  »).
body) .innerHTML = «  », 2 === Ut.childNodes .length), S.parseHTML = function (e, t, n) {return « string » ! = typeof e ?[]:( « booléen » == typeof t && (n = t, t =! 1), t || (y.createHTMLDocument? ((r = (t = E.implementation.createHTMLDocument («  »))).
createElement ( « base « )).
href = E.location.href, t.head.appendChild (r)): t = E), o =! n &&[](i = N.exec (e)) ?[t.createElement(i[1])]: (i = xe ([e]t, o), o && o.length && S (o) .remove (), S.merge ([]i.childNodes)) ); var r, i, o}, S.fn.load = fonction (e, t, n) {var r, i, o, a = this, s = e.indexOf («  » ); retour-1

Actualité actualisée de la Sicile 2022-07-05 08:56:00

This post is also available in: Anglais Français Allemand Espagnol