Réseaux Colabrodo à Syracuse, le maire d’Italie intervient sur Sky Tg24 le gouvernement ne nous autorise pas à accéder au PNRR

#Réseaux #Colabrodo #Syracuse #maire #dItalie #intervient #sur #Sky #Tg24 #gouvernement #nous #autorise #pas #accéder #PNRR

Le maire de Syracuse, Francesco Italia, s’est exprimé cet après-midi sur Sky Tg24 lors de l’émission « Timeline » réalisée par la journaliste Stefania Pinna sur la question de la dispersion des ressources en eau.
Hier déjà, le célèbre journal télévisé parlait de la façon dont nos infrastructures hydrauliques étaient une « passoire ».
En fait, selon le dernier rapport Istat, l’un est enregistré à Syracuse perte de ressources en eau égale à 67,6%.
En résumé, l’eau des réservoirs de Sicile et de Syracuse est là et même 17% de plus qu’à la même période l’an dernier.

Pas d’urgence hydrique pour la région qui a toujours et plus que toute autre souffert du manque d’eau.
Cette année, cependant, les pluies abondantes ont fait que les réservoirs se sont remplis comme jamais auparavant.
Dommage que le réseau d’eau sicilien soit une passoire et que plus de 50% de l’eau introduite dans les canalisations soit en fait perdue.
Selon les dernières estimations du rapport Istat sur les infrastructures hydrauliques en Italie, à Syracuse, comme mentionné, 67% de l’eau introduite dans le réseau est perdue.
Messine suit avec 52% puis Catane avec 51 pour finir à Palerme avec une perte estimée à 42%.
Mais souvent, comme dans le cas de la capitale sicilienne, il n’y a aucune mention de toutes les pertes réelles.
Un bon 15%, en effet, est à attribuer au vol d’eau et aux raccordements illégaux au réseau d’eau.

Et le sujet a de nouveau été abordé cet après-midi avec le maire de Syracuse en direct, aux côtés de Gianfranco Becciu, professeur au Département de génie civil et environnemental de l’École polytechnique de Milan.
Becciu lui-même a lancé la discussion en déclarant que dans tout le pays, il n’y a en fait pas de véritable urgence hydrique, dans le sens où l’Italie est une nation « riche » en ressources en eau, mais que le vrai problème est que les infrastructures et le mauvais entretien.
« Nous sommes arrivés tard – a déclaré l’enseignant – pour comprendre que les aqueducs doivent être gérés et entretenus, en sous-estimant toujours le problème car en Italie il n’y a jamais eu de véritable urgence hydrique ».

Par la suite le maire de Syracuse a pris la parole, qui a rappelé comment la ville va pouvoir bénéficier d’un prêt de 5 millions d’euros pour la reconstruction d’une petite partie de notre canalisation d’eau (déclarée à plusieurs reprises « obsolète » par l’Italie), mais d’autant plus importante des investissements seraient nécessaires pour réduire les pertes en eau.
La solution au problème ou à une partie du problème pourrait provenir du PNR, mais comme l’a souligné le maire, les appels préparés par le ministère ne prévoient pas – comme c’est le cas avec la gestion du cycle des déchets – la possibilité pour les municipalités de participer  » en propre ».
Tout est en fait lié à l’existence des Ati.
Et à Syracuse, 3 municipalités doivent encore approuver le statut, ce qui jusqu’à présent a empêché la participation à tout type d’appel à propositions dans le cadre du Plan national de relance et de résilience.

« La municipalité – a expliqué l’Italie – a donc la possibilité d’organiser des compétitions à court terme en attendant que l’Ati mûrisse.
On parle d’appels d’offres allant de 1 à 3 ans au maximum et qui par conséquent ne peuvent prévoir de gros investissements pour des canalisations très anciennes et qui nécessiteraient des investissements plus importants pour réduire les pertes en eau.
Dans le secteur des déchets, le Gouvernement a autorisé les municipalités sous forme unique ou associée à présenter des projets pour recevoir des ressources du PNR, optant pour une stratégie différente dans le secteur de l’eau.
Ces dernières semaines, avec d’autres présidents de l’ATI, nous avons écrit une lettre au gouvernement demandant un traitement non inégal et nous attendons toujours une réponse.
J’appelle donc à évaluer la situation des zones qui ne pourront pas contenir les pertes d’eau et à moderniser le système car une ligne différente a été tenue entre le système d’évacuation et le système d’eau.
»

Actualité actualisée de la Sicile 2022-07-05 17:35:00

This post is also available in: Anglais Français Espagnol