Pogliese démissionne, le maire de Catane suspendu après la condamnation se tourne désormais vers les politiques

«Aujourd’hui, j’ai présenté ma démission en tant que maire de Catane. C’était un choix très douloureux et longuement réfléchi et le moment était déjà identifié bien avant la crise imprévisible du gouvernement Draghi. Ma démission plane toujours parmi les initiés et dans la presse, même si ceux qui les invoquent le jour ont tout fait pour les éviter la nuit ».

C’est ce qu’a déclaré Salvo Pogliese, maire de Catane suspendu de ses fonctions en application de la loi Severino pour sa condamnation, le 23 juillet 2020, du Tribunal de Palerme pour détournement de fonds à 4 ans et 3 mois d’emprisonnement dans le procès sur les remboursements à Ars.

Sauf Pogliese, dont la référence politique est Frères d’Italie, pourrait se présenter aux prochaines élections politiques.

« Après la suspension injuste et inattendue du 24 janvier – ajoute-t-il – malgré d’illustres constitutionnalistes soutenant fermement la thèse contraire, appuyée également par ce que la Cour constitutionnelle a toujours sanctionné, j’ai évalué avec mon conseil quelle était la meilleure décision pour la ville ».

« Les nombreuses échéances décisives pour la vie de Catane – ajoute-t-il – de la dépense des fonds de l’UE aux projets du PNRR, et la nécessité de donner une continuité au processus de consolidation budgétaire m’a convaincu de ne pas démissionner, laissant à l’adjoint au maire Bonaccorsi et aux conseillers la tâche de poursuivre le travail commencé, garantissant la continuité administrative dans une ville éprouvée par l’instabilité causée par d’autres et avec un dette totale d’un milliard six cents millions d’euros. Les conditions ont changé, également avec le lancement de nombreux projets et l’ouverture conséquente de chantiers, possible grâce à une accélération importante des dépenses des fonds européens. Maintenant j’ai la sérénité de faire ce que j’imaginais depuis des mois; la sérénité de ceux qui se sont donnés à fond pour respecter leur ville et le mandat reçu des citoyens, avec le seul regret de ne pas avoir conclu, malgré moi, un chemin qui a déjà donné des résultats importants en termes d’objectifs atteints ».

«Je pars également – conclut-il – dans l’espoir bien fondé de pouvoir démontrer comment mon cas judiciaire, cause de la suspension, sera résolu de la seule manière possible, démontrant mon étranger total et absolu aux faits litigieux. Je souhaite à ma Catane et à mes concitoyens tout le meilleur et de continuer sur le chemin de la renaissance, après des années rendues très compliquées également par la pandémie et la crise internationale ».

© Tous droits réservés

Category Catania

This post is also available in: Anglais Français Espagnol