Palerme, un seul but sur les 4 derniers matchs à domicile mais des progrès sur le jeu

Dix-huit tirs dont cinq au but. Un poteau et plusieurs occasions de but notamment en première mi-temps. Une performance qui est venue, mais qui n’a pas permis aux hommes de Corini de ramener les trois points à la maison. Un 0-0 qui, au final, fait à peine bouger le classement et qui laisse les supporters déçus. Mais si la banderole au début du match disait “continuité et détermination, c’est notre mission”, alors peu ou rien ne peut être reproché à l’équipe. Contre Bénévent, le courage et l’agressivité ne manquèrent pas.

En plus de ce sens de l’équipe qui n’existait pas au début du championnat. Cette sensation de compacité qui ensuite en Serie B permet (souvent) de ramener la victoire à la maison. On peut donc dire que Palerme échoue ponctuellement à l’épreuve qui peut donner un autre sens au championnat, mais pas qu’il y ait un manque de continuité de performance depuis le match contre Pise. Depuis ce 3-3, la main de Corini est plus évidente même si les résultats restent fluctuants. Cependant, il est perçu que cette voie tant citée est en cours. Toujours par rapport à quel est le seul but de la saison (le salut) et quel est le point de départ. Sans oublier, c’est que l’entraîneur de Brescia est reparti de zéro et peut-être même moins. Avec un personnel encore baldinien, dans la forme et dans le fond.

Le 0-0 obtenu contre Côme ne peut pas laisser les supporters satisfaits, c’est vrai, mais ne voulant pas s’arrêter au seul résultat, il y a quelques données qui confirment l’amélioration progressive du jeu et de la projection offensive. Comme Corini l’a expliqué lors de la conférence de presse «maintenant l’équipe tire au but, nous avons eu la meilleure première moitié de la saison». Pas seulement des occasions potentielles donc : les Siciliens ont eu 3 occasions franches dans les 15 premières minutes, dont un poteau touché par Vido d’une tête sur un centre de Marco Sala. Une phase offensive qui se déroule encore (uniquement) sur les flancs et qui voit de plus en plus l’inclusion des milieux de terrain comme une marque de fabrique. En témoignent les trois tirs vers le but de Segre. Le milieu de terrain né à Turin a ensuite confirmé que le travail hebdomadaire porte ses fruits : « Le fait que j’ai eu ces opportunités confirme à quel point la main de l’entraîneur se voit et que nous travaillons bien. Seul le but manquait aujourd’hui”, a déclaré le milieu de terrain. Palerme crée et amène toujours au moins 5 joueurs au-dessus de la ligne de balle, dont deux milieux de terrain (dont un est toujours Segre, proche des attaquants).

Pourtant, le concret manque, surtout à domicile : sur les 4 derniers matchs au Barbera, les Rosanero n’ont marqué qu’un seul but, celui de Marconi face à Parme. Puis deux nuls 0-0 contre Cittadella et Côme et une défaite contre Venise (0-1). Bref, si d’un côté il y a des améliorations, les nombreuses défections restent fermes. Comme le seul but marqué lors des 4 derniers matchs à domicile (comme mentionné) et la dépendance au numéro 9 Matteo Brunori. En fait, s’il ne marque pas, les rosanero ne peuvent presque jamais marquer de points. Autre limitation évidente : l’absence de jeu vertical. L’équipe de Corini n’arrive jamais à pénétrer au centre et élargit toujours le jeu à l’extérieur, n’ayant donc pas de plan B d’un point de vue offensif. Les défections sont donc nombreuses, même s’il est indéniable que Palerme vue contre Côme offrait paradoxalement l’une de ses meilleures versions. Le match aller à Ferrara sera un test décisif. Contre un adversaire blessé qui ne connaît plus le goût de la victoire.

© Reproduction réservée

Category Palermo