Actualités

Palerme, sergent blessé à l’entraînement : il sera indemnisé après 25 ans

#Palerme #sergent #blessé #lentraînement #sera #indemnisé #après #ans

Maxi indemnité pour un militaire qui, en janvier 1997, alors qu’il participait à une activité de formation, a été blessé et atteint d’un handicap permanent.
Après 25 ans, les juges du tribunal du travail de Palerme ont reconnu au sergent le statut de sujet équivalent à une victime du devoir, et une indemnité de près de 300 mille euros, en plus des avantages prévus par la loi (exonération des frais de santé , placement obligatoire , aide psychologique).

Le 21 janvier 1997, le sergent de l’armée a participé à une activité d’entraînement nocturne, avec raid et retraite conséquente, dans une ferme abandonnée.
La formation aurait dû avoir lieu – comme il ressort de l’ordre d’exercice – sans l’utilisation de munitions et, par conséquent, sans soutien médical.
Au cours de l’exercice, le peloton qu’il dirige a remarqué la présence d’une bombe, en sortant du bâtiment, l’un des soldats a heurté par inadvertance l’engin et l’a fait exploser, causant au sergent un fort traumatisme acoustique et visuel, ainsi que des blessures à l’œil gauche.
à cause des éclats.
Malgré cela, le soldat a mené à bien la mission, protégeant la santé de ses subordonnés.

Pendant des années, le sergent a essayé d’obtenir une compensation, sans succès.
Défendu par le cabinet d’avocats Leone-Fell, le juge du travail a confirmé le droit à l’égalité de statut.
“Le statut – c’est écrit dans la phrase – ne s’éteint pas par prescription”.

“Nous ne pouvons que nous réjouir de cet épilogue – déclarent Francesco Leone, Simona Fell et Raimonda Riolo, qui ont défendu les droits des militaires – et, au-delà de l’erreur manifeste commise dans l’organisation de la mission et qui a entraîné la blessure du chef d’équipe, nous sommes désolés, une fois de plus, de constater à quel point les administrations hésitent à reconnaître un droit en obligeant ceux qui sont lésés à demander l’intervention d’un juge pour rétablir un tort, même après 25 ans”.

© Tous droits réservés