Palerme, Noi di centro-Mastella « Le troisième pôle des modérés est né et ouvre les portes à Di Maio »

#Palerme #Noi #centroMastella #troisième #pôle #des #modérés #est #né #ouvre #les #portes #Maio

Nous, au centro-Mastella de Palerme et de Sicile, poussons pour la naissance du troisième pôle des modérés, comme l’a déclaré le secrétaire régional Giovanni Di Trapani.
« La crise bipolaire désormais évidente – c’est la prémisse -, avec le centre-droit et le centre-gauche devenus des cartels électoraux issus de coalitions, s’est également révélée lors des récentes élections administratives où, pour nous limiter à Palerme et au centre-droit, ces des questions critiques ont déjà émergé dans la phase de gestation de la candidature du maire et immédiatement après son élection ».

Pour Di Trapani, « le résultat que nous livrent les sondages voit la somme numérique des pourcentages atteints par les partis centristes parfaitement en ligne avec celui préfiguré par le sondeur Noto dans l’hypothèse d’une élection nationale : un sujet centriste pour le même serait , en fait, être en Italie autour de 15 pour cent.
La recette gagnante pour le représentant autoritaire de la société de sondages et d’études serait de mélanger la prédisposition qu’ont les jeunes générations – celles qui aujourd’hui souvent ne vont pas voter – pour un sujet politique central (qui n’ont jamais connu et voté) avec la sentiment des soi-disant « nostalgiques » qui identifieraient, selon le sondeur, dans un parti de modérés ce parti auquel ils se référaient autrefois ».

Cependant, il y a des choix à faire.
« Il resterait – conclut Di Trapani – le problème de la loi électorale, avec l’actuelle qui, à mon avis, serait un obstacle à l’affirmation du centre, sinon sous la forme d’une fédération entre plusieurs partis qui aspirent au même et que dans les valeurs de l’ils se reconnaissent.
Resterait aussi le problème du leadership qui, justement, avec la fédération serait surmonté par un leadership « partagé » ou « étendu », au sens où chacun des leaders continuerait à diriger son propre parti ou mouvement.
Une sorte de nouvelle Margherita, ou plutôt une Margherita 4.0 comme l’imagine Mastella ».

De ces réflexions nous arrivons à un chemin à prendre.
«Commençons à réfléchir, c’est ma proposition, à une fédération de partis centristes en Sicile.
Je crois que le moment est venu de le faire, de créer un espace, celui des modérés, certainement présent dans notre société et toujours compris comme valable par notre électorat, surtout dans le Sud.Créer déjà un pôle centriste en Sicile, sans saisies de surgi, mais sous le signe de l’inclusion et du pluralisme, dans un rassemblement où Di Maio pourrait jouer un rôle avec son nouveau parti ».

cp Tous droits réservés

Actualité actualisée de la Sicile 2022-06-24 14:34:00

This post is also available in: Anglais Français Allemand Espagnol