Actualités

Palerme, limbo Covid avocat et professeur avec le laissez-passer vert saisi

#Palerme #limbo #Covid #avocat #professeur #avec #laissezpasser #vert #saisi

L’enquête du bureau du procureur.
Les avocats font appel

PALERME – Ils vivent dans les limbes. Le laissez-passer vert lui a été saisi car il aurait été libéré sous l’un des faux vaccins découverts par les policiers de Digos.
49 sont ceux qui ont émergé dans l’enquête du parquet de Palerme qui a conduit, ces derniers jours, à la nouvelle arrestation de l’infirmière Giorgia Camarda, une employée de l’hôpital Civic qui faisait des heures supplémentaires au centre de la Foire méditerranéenne.

Certains des protagonistes des faux vaccinsOr, des tests sérologiques ont prouvé le contraire.
Les tests montrent la présence d’un nombre élevé d’anticorps qui ne dériveraient pas de l’infection à Coronavirus, ni de l’administration de la première dose.
Bref, ils sont convaincus d’avoir fait la deuxième dose.
Pourtant, l’infirmière a été filmée par les caméras alors qu’elle déchargeait le contenu de la seringue dans de la gaze.

C’est le cas d’un avocat qui est également professeur.
Par l’intermédiaire de son avocat, Alessandro Martorana, la femme fera appel devant la cour de révision contre la saisie de la passe verte.
La raison est double.
Premièrement : une saisie pénale peut-elle intervenir dans une procédure administrative quel est l’enjeu du laissez-passer vert ?

Deuxièmement : le test sérologique confirme la présence d’un nombre élevé d’anticorps.
Les personnes qui, à leur insu, étaient impliquées dans les fausses vaccinations, alors qu’elles étaient favorables au vaccin, ont désormais peur de se voir administrer une nouvelle dose compte tenu de la présence d’anticorps.