Orlando attaque Rome sur le plan de rééquilibrage, “Contexte des critères d’allocation des ressources”

#Orlando #attaque #Rome #sur #plan #rééquilibrage #Contexte #des #critères #dallocation #des #ressources #BlogSicilia #Dernières #nouvelles #Sicile

Le feu assis dans Conseil municipal pour Palerme relative à la convention entre l’Etat et la Commune sur le parcours de plan de rééquilibrage.
Le maire de Palerme Leoluca Orlando est intervenu dans la salle d’audience pour définir le statut du projet d’accord à envoyer à Rome.
Une audition au cours de laquelle le maire a fait part de certains doutes sur les critères d’affectation des ressources destinées au rééquilibrage des comptes.
Les municipales reprendront demain.

Orlando intervient, le débat s’engage

Des critiques soulevées par Orlando surtout en comparant ce qui a été reçu par des municipalités comme Naples et Turin par rapport aux ressources allouées à Palerme.
Pour reconstituer les faits, le professeur est parti du processus très contesté qui a suivi l’acte.
« Cet accord s’inscrit dans les dispositions de la loi de finances 22-24, assortie d’une autre intervention liée aux municipalités de Sicile et de Sardaigne.
Cela a conduit à la possibilité pour la municipalité de Palerme d’obtenir des ressources.
Comme on le sait, la municipalité de Palerme n’a pas de déficit comme celui de Naples, critère que je conteste compte tenu de notre condition de surcrédit“.

Une différence de moyens sur laquelle le maire pousse à revoir, invitant le Conseil municipal à prendre clairement position sur la question.
« Le gouvernement national devrait prendre en charge une intervention de péréquation.
Je ne comprends pas pourquoi il y a eu un énorme afflux de ressources pour Naples et Turin et pour Palerme seulement 180 millions d’euros“.

Au cours du débat, le maire a également répondu à certaines des nombreuses critiques adressées à la Sala delle Tombidi.
« Depuis deux ans, j’ai pu compter sur une dizaine d’édiles.
Sur les conditions de l’après, il faut éviter l’échec.
Nous avons pensé au personnel et à la stabilisation.
Sur Amat, nous avons enfin le plan industriel.
Je tiens à vous rappeler que cette procédure s’est terminée il y a huit jours.
Nous avons été en présence, avec l’article 567, d’une procédure novatrice.
Cela est démontré par le fait que nous avons eu jusqu’à 20 projets d’accords ».

Stefania Petyx suit la séance

Un débat en classe qui compte aujourd’hui un invité d’exception.
En fait, le correspondant de Striscia La Notizia est parmi les sièges du public Stefania Petyx.
Le journaliste a réalisé quelques vidéos lors des allocutions du maire et de certains conseillers municipaux.

Demande de retrait de la résolution Irpef

A la fin de la séance, le conseiller de Fratelli d’italia Girolamo Russe il a demandé le retrait de la résolution sur l’impôt sur le revenu.
Le même représentant du centre droit a placé des critiques précises du maire lors de la confrontation en classe.
« J’ai écouté le rapport du maire, mais il me semble qu’il y a une lacune.
Un accord a été conclu sans l’approbation des résolutions préparatoires au plan de rééquilibrage.
L’une d’entre elles est avant tout celle du complément d’impôt sur le revenu des personnes physiques, l’une des plus importantes.
C’est pourquoi je demande qu’il soit collecté”.
Un acte sur lequel la séance a ensuite calé faute de quorum.

Il y a des critiques de l’opposition

De vives critiques pleuvent de la part de l’opposition.
Le discours du conseiller municipal du groupe “Oso” était très dur et très article Ugo Forello, qui a accusé le maire d’avoir fait de fausses déclarations.
J’affirme que vous, le maire, avez commis des actes d’inconvenance très graves.
Documents que vous et le secrétaire général avez mis en place.
Il est venu à nous pour représenter quelque chose qui ne s’est pas passé de la façon dont il l’a raconté.
Dire ici que cette entente est le fruit d’une entente entre les bureaux municipaux est un mensonge.
Nous ne pouvons pas accepter que cela soit dit.
Dire que c’est le fruit d’un accord entre les offices et la Mairie est un autre mensonge.
Vous avez essayé de vous moquer du conseil municipal et des citoyens de Palerme, ainsi que de contourner la comptabilité générale “.

L’attaque contre le secrétaire général

Critique qu’Ugo Forello, avec son collègue du parti Giulia Argiroffi, se déplace contre le secrétaire général.
“C’est la défaite de ce que tu as représenté il y a cinq ans, c’est-à-dire le concept de l’équipe.
Surtout, vous avez échoué par rapport à l’ambiance que vous avez créée dans les bureaux municipaux.
Elle sortira des décombres.
Ces fractures sont difficiles à guérir.
Vous avez la responsabilité d’avoir choisi un secrétaire général qui, au lieu de créer une harmonie entre les bureaux, les a systématiquement contournés, répondant par des contre-arguments à une opinion comptable.
Opération qui va au-delà de ses fonctions et pouvoirs”.

“Données fausses saisies dans l’accord”

Une attaque qui, selon l’ancien représentant du pentastellato, concernera le passé, le présent et l’avenir de la ville.
« La structure s’est déjà effondrée.
LA de fausses données insérées intentionnellement par le secrétaire général dans le plan de rééquilibrage et dans l’accord créent un élément très dangereux pour la prochaine administration.
J’aurais aimé comprendre comment étaler autant le taux de collecte, comment résoudre le problème du supplément d’impôt sur le revenu des particuliers, étant donné que huit millions de moins arriveront et qu’il faudra les reprendre à partir de là.
Là-dessus aussi, le secrétaire général n’a jamais répondu.
Nous avions le droit de discuter de tout cela avant d’envoyer la résolution au gouvernement national.
Il n’y a rien à côté de la valorisation des actifs, des investissements et de la rationalisation des entreprises bénéficiaires”.

Absences parmi les bancs de la majorité

Un débat où l’on note plusieurs absences parmi les pupitres de l’ancienne majorité du maire.
Parmi les rares boucliers levés en faveur du maire figure celui de Barbara Évola, qui a demandé à l’opposition ce qu’elle avait fait au niveau national pour éviter la situation en place aujourd’hui.
« Il me semble que ce conseil municipal est un peu affligé par le mal du temps.
Vivre dans un présent éternel.
Quand on n’est pas connecté au passé et qu’on vit au jour le jour, non seulement on perd la dimension des chemins mais surtout on a du mal à imaginer et à construire l’avenir..
Pourquoi répéter pendant cinq ans qu’il y a un manque de personnel nous fait peut-être perdre de vue les politiques qui ont été soutenues par les forces représentées ici au gouvernement national
, ce qui a conduit aux problèmes qui sont ensuite représentés dans les notes.
Mais pourquoi personne dans cette salle aujourd’hui et représenté à Rome n’a-t-il rien fait ? ».

M5S : « Extrême déception sur le plan, mais aussi la faute au Conseil »

La position exprimée par le chef de groupe M5S est partagée entre deux feux Viviana Lo Monaco. « Je n’ai pas aimé la façon dont la salle d’audience était plâtrée.
Je me demande quand arrivera l’avis de la Cour des comptes sur le plan de rééquilibrage.
Quiconque viendra aura le droit de tout remodeler.
D’une part, j’exprime une extrême déception.
Si nous sommes arrivés à ce plan de rééquilibrage c’est parce que l’Administration n’a pas créé les conditions préalables pour éviter certaines situations.
Il y a un manque de contrôle des filiales, il y a souvent une inertie ou un manque de coordination entre les bureaux.
Des problèmes qui concernent l’individu mais aussi ceux qui doivent gouverner cette complexité.
Un manque de contrôle du territoire est évident et on ne peut pas toujours parler de manque de ressources économiques et humaines.
Cette organisation est fallacieuse.
Cela dit, je crois que nous avons des devoirs.

L’exposant pentastellata a alors exprimé tous ses doutes quant à la conduite du conseil municipal.
Nous aurions eu le devoir de comprendre les urgences.
Faites notre part.
Plusieurs résolutions sont à l’ordre du jour.
Ce sont des actes qui pourraient aider les offices à avancer avec plus de sérénité.
Il y a une part de responsabilité qui incombe au conseil municipal.
La campagne électorale n’a rien à voir là-dedans.
Mais sur des actes non partisans qui concernent la cité et le bien commun, faut-il rester bloqué ? Il y a un temps pour la polémique et un pour travailler”.

This post is also available in: English

Exit mobile version