les nouveaux noms du conseil

#les #nouveaux #noms #conseil

Le dossier de la présidence régionale.
Les papables dans la junte.
Et au Budget…

3′ LECTURE

La représentation controversée – renouvellement oui, renouvellement non, re-nomination peut-être – sur le sort du Président de Région, Nello Musumeci, avec une conférence de presse jointe demain matin, il a gelé les jeux de banque pour le conseil de fortune du maire de Palerme, Roberto Lagalla.
Nous avons sorti les prénoms des lagallabili, mais, maintenant, cette équipe bénie qui affrontera les mille fléaux de la ville devrait être constituée en noir sur blanc.
Une réunion préliminaire aurait dû avoir lieu ces jours-ci.
Mais il est clair que la scène principale est le Palazzo d’Orléans, pour le moment, où les parties tournent leur regard.
On en reparlera ce week-end, ou au début du prochain.

Effet Musumeci

Par conséquent, un effet renouvelé des événements régionaux, dans le double fil inextricable qui lie depuis longtemps la Présidence de la Région et le Palazzo delle Aquile, est déjà là.
Tout le monde s’arrête et regarde ce qui se passe.
Combien le dossier sur la contestation d’automne est-il voué à peser sur l’équilibre du gouvernement à Palerme ? Cela dépendra précisément des mouvements et des compétences de médiation de Lagalla qui veillera, dans la mesure du possible, à ne pas se laisser entraîner dans la dialectique poisseuse du centre-droit.
Ceux qui le fréquentent politiquement, avec l’écran de la discrétion, suggèrent : « Roberto aime Nello, et est aimé en retour, mais il est aussi passé maître dans l’art d’éviter une implication désagréable.
Désormais, les positions se sont inversées.
Lorsque Lagalla a tenté de faire l’épreuve de force pour la syndication, qui a réussi, Musumeci était dans une position relativement plus solide.
Maintenant Lagalla est maire, Musumeci on ne sait même pas s’il sera reconduit ».
Traduit par une question rhétorique et, peut-être, brutale : entre les deux qui sera confortablement assis dans le public avec du pop-corn ?

Nouveaux noms et défis

En attendant, cependant, les parties ne restent pas inactives. Ils observent attentivement la scène qui se démarque, mais ils s’occupent également du reste du terrain.
« Frères d’Italie », ont demandé l’adjoint au maire, ou le président du conseil municipal, et trois conseillers.
La préférence serait pour le fauteuil dans la pierre tombale Sala delle avec un entre les deux Giuseppe Milazzo et Francesco Scarpinato. Un joint qui ouvrirait la voie à l’adjoint au maire de la force travailleuse Francesco Cascio qui, cependant, verrait d’autres noms importants de Forza Italia hors jeu pour la présidence.
Les conseillers des Méloniens ? Deux semblent hautement probables : Giampiero Cannella et Carolina Varchi.
Mais qui pourrait être le technicien à qui confier le carcan des comptes et du budget ? Un nom circulant est celui de Antonio Cognataancien surintendant du Teatro Massimo.

Lagalla et Musumeci

Cependant, encore une fois, tout court le long des ruelles parallèles du Palazzo delle Aquile et du Palazzo d’Orléans.
Sans connaître les mouvements de Musumeci, personne ne risquera son mouvement, où que ce soit.
« Sa sortie est une perte grave pour le gouvernement – a déclaré le gouverneur après la démission de Lagalla du conseil régional, pour la course électorale – mais en politique le mot n’existe jamais, je continue à espérer pour l’avenir qu’il y aura peut-être mille autres occasions de pouvoir travailler ensemble même dans des rôles différents ».
Roberto est devenu maire de Palerme.
L’avenir politique de Nello semble flou.
Comme Musumeci lui-même l’a reconnu à une autre occasion : « Les désirs ne deviennent pas toujours des droits ».
(Roberto Puglisi)

Actualité actualisée de la Sicile 2022-06-22 20:17:00

This post is also available in: Anglais Français Allemand Espagnol