Actualités

Les mauvais garçons de Palerme, armes et agressions sur Tik Tok VIDEO

#Les #mauvais #garçons #Palerme #armes #agressions #sur #Tik #Tok #VIDEO

Dans un style parfait “Gomorrah”, ils tirent vers le ciel en filant dans les rues

PALERME – Ils se présentent comme de vrais durs, conduisant des scooters et des vélos électriques.
La musique de fond de leurs vidéos sociales va du trap au néomélodique.
Ils portent des pistolets jouets, dans un parfait style « Gomorrah ».
Ils tirent vers le ciel en filant dans les rues.

le histoires ils mettent en scène des jeunes de Palerme qui vivent dans les quartiers d’une banlieue loin des clubs branchés.
Bien qu’à la mode sont les baskets qu’ils portent, ainsi que des colliers en or flashy.
Ils parlent de respect, défient les ennemis et se souviennent des amis décédés.
La réalité de la banlieue est l’envers d’une même ville.
Brancaccio, Bonagia, Falsmiele, Zen, Sperone, Ciaculli, Ballarò.
Une réalité qui se retrouve souvent dans les pages d’actualités.

Le cas le plus marquant ? Le blitz de la police au Sperone qui a fait ressortir l’activité de trafic de drogue également gérée par des pousse-bébés devant les écoles.
La dernière histoire dans l’ordre chronologique concerne la bande du centre historique.
Il y a quelques jours le commissaire de Palerme Leopoldo Laricchia a émis 12 Daspo Willy contre un groupe de très jeunes Palermitains, tous âgés d’un peu plus de 18 ans et deux mineurs, accusés d’avoir commis une série de vols dans le centre historique.
Les garçons se sont approchés des victimes, souvent des pairs, dans les zones de vie nocturne, les forçant à se faire livrer des téléphones portables et de l’argent sous la menace d’une arme à feu.

Les chiffres décourageants

Selon l’Observatoire national de l’adolescence, mis en place au ministère de la Famille, 6,5 % des mineurs font partie d’un gang, 16 % ont commis des actes de vandalisme, tandis que trois garçons sur dix ont pris part à une bagarre.

Dégradations, vols et recel, vols et extorsions, bagarres et blessures, diffusion d’images pornographiques sur les réseaux sociaux : ce sont les crimes les plus commis par les enfants.
Des chiffres découragés qui s’ajoutent à ceux enregistrés le 21 septembre 2021 par la fondation Openpolis13 selon lesquels – en élaborant une série de données Istat et Eurostat – la Sicile occuperait, en référence à 2020, la première place pour le décrochage scolaire, avec un taux égal à 19,4 % de la population âgée de 18 à 24 ans : un taux incroyablement élevé et très préoccupant.

Ces chiffres ont été confirmés par les tribunaux pour mineurs à travers la commission Ars Antimafia dirigée par Claudio Fava, qui a achevé une enquête sur la condition juvénile en Sicile, « otage d’une épreuve ancienne et non résolue – lit le rapport -.
Des filles et des garçons qui vivent leur vulnérabilité en ne s’appuyant que sur la présence de l’école : parfois acceptés, parfois subis, souvent rejetés.
Les taux d’abandon scolaire rapportés par les tribunaux pour enfants restent parmi les plus élevés d’Europe, avec un pic spectaculaire dans la transition entre le collège et le lycée.
Et avec un vulnus supplémentaire : là où l’offre d’éducation et de formation de l’État n’arrive pas, arrive souvent le crime organisé, avec un système de séductions, de valeurs et de recrutements qui marque à jamais le destin de ces mineurs”.

« L’ascenseur social, dans la banlieue sicilienne, s’arrêtait aux étages supérieurs.
Cela a conduit à une séparation sociale et physique violente entre certains quartiers et le reste de la ville – conclut le rapport.
Mais ce qui est plus grave, c’est l’effet qu’elle produit sur la vie quotidienne et sur le destin de milliers de mineurs que ce quartier (sa solitude, son malaise social, sa mortification matérielle) vit comme un ghetto.
Pire : une prison.
Prendre en charge la condition de ces jeunes, c’est investir dans leur territoire, dans leurs conditions de vie, dans le sens concret des opportunités : le reste – des dizaines d’auditeurs nous l’ont fait comprendre – c’est du bavardage ».

Qui travaille en première ligne

Les églises, les associations, les conseillers, les travailleurs sociaux et les psychologues travaillent dur.
“Le méchant devient le protagoniste gagnant de notre société”.
Don Maurizio Frankfurt de la paroisse de San Gaetano déclare à LiveSicilia, celle du bienheureux Don Pino Puglisi tué par la Cosa Nostra à Brancaccio.
Don Maurizio, avec un groupe de bénévoles, n’apporte pas seulement un soutien spirituel à de nombreuses familles du quartier.
Soit ils y réfléchissent, soit c’est criminel d’embaucher de nouvelles recrues.

“Nous n’avons plus que la vie des jeunes comme exemple mauvais garçons.
C’est de ce stéréotype que part la stratégie de la meute.
Je pense exactement comme Don Pino Puglisi pensait – explique Don Maruizio -.
Les seules armes dont nous disposons pour endiguer ce problème sont celles de l’éducation à la beauté et à la culture.
Que l’école devienne un lieu non seulement de connaissance mais aussi d’éducation.
Si nous continuons à mettre des films comme ‘suburra’ en prime time et qu’ensuite nous présentons les protagonistes comme ceux qui aiment la vie, que peut-on espérer ? Mon quartier vit cette transition sociale.
En fait, à ce jour, les gangs de jeunes de certaines zones du sud de Palerme gèrent les places des pharmacies.
C’est aussi la transformation ».

« La pandémie a aggravé la souffrance des jeunes.
L’image qui nous vient des territoires est celle d’une augmentation de la consommation de drogues et d’alcool à l’adolescence et à la préadolescence et d’un nombre croissant d’épisodes d’intimidation, de vol et d’actes déviants qui ont pour protagonistes des mineurs – dit Giuseppe Ciulla, président de l’Ordre des Travailleurs Sociaux de Sicile -.
C’est une situation complexe et préoccupante, encore plus grave du fait du manque de scrupules avec lequel ces actions sont partagées sur les réseaux sociaux, devenant un élément d’émulation.
C’est une urgence que les institutions doivent assumer ensemble, en intervenant de manière intégrée avec des projets multidimensionnels non seulement pour la réinsertion de ceux qui commettent des crimes mais pour la prévention, de manière généralisée sur tout le territoire et continue dans le temps.
Créer un système est la seule voie possible”.

“A Palerme, il y a toujours eu des territoires dans lesquels il semble y avoir une sorte de transmission générationnelle du malaise”, a déclaré Mariapia Avara, psychologue au centre Padre Nostro de Brancaccio, à Live Sicilia.
Il ajoute : « Nous voyons souvent dans les familles que les problèmes répétés semblent presque inchangés.
De plus, le décrochage scolaire est un phénomène qui augmente de façon spectaculaire.
La pandémie explosait à bien des égards également par rapport au contraste de la contre-culture mafieuse.
Chaque jour, nous touchons de nos mains la pauvreté et l’inconfort éducatifs et nous regrettons cependant de constater que l’attention portée à ces grandes difficultés s’amplifie davantage dans certains moments politiques siciliens tels que les changements “.

“Les jeunes sont en colère” – ajoute Mariangela Di Gangi, coordinatrice du Laboratoire Zen Ensemble -.
Je suis très inquiet de la façon dont les garçons vivent dans la capitale sicilienne en ce moment.
Cette colère peut conduire à une escalade dangereuse.
A ce jour, en regardant le portrait de la situation, j’ai moi aussi du mal à trouver une solution qui puisse vraiment fonctionner pour tenter d’endiguer le problème.
Dans cette ville depuis trop d’années nous n’avons pas traité de l’enfance.
Et tandis que l’école peine à créer une voie sociale, ces enfants pensent que les interactions ne fonctionnent que pour l’utilité et les tergiversations.
Beaucoup, trop, utilisent des raccourcis qui ne sont rien d’autre que donner un coup de main au crime organisé”.