la boutique solidaire débarque au Kenya. Et ce n’est que le début ilSicilia.it

#boutique #solidaire #débarque #Kenya #nest #début #ilSicilia.it

Des termes comme économie circulaire, consommation responsable, risquent de rester vides de sens tant que l’on ne verra pas d’exemples concrets, qui pourront devenir de véritables modèles.

Donc à partir de Bénéficier àla boutique solidaire, le petit bijou où la monnaie d’achat est le sourire, créé par Gles Invisibles de Messine, un héritier est né qui regarde vers le monde entier.
En réalité Avantage 2.0 il se penche sur une partie spécifique du monde qui est encore vraiment « invisible » pour la plupart des gens aujourd’hui.

Le projet, qui apportera des bénéfices au Kenya, a été présenté à la Chambre de commerce en présence de ces partenaires indispensables sans qui la solidarité ne saurait aller.

« L’objectif 12 de l’Agenda 2030 vise à atteindre des modèles de consommation et de production responsables, un objectif indispensable pour la survie de la planète – a-t-il expliqué Ivo Blandine, Président de la Chambre de Commerce – L’économie circulaire est un modèle de production et de consommation bon pour la planète et pour l’économie en visant à générer de la valeur additionnelle en récupérant les objets mis au rebut, en réduisant les déchets et en donnant une nouvelle vie à la matière utilisable.
De ce point de vue, « Benefit 2.0 » représente certainement un modèle concret d’économie et la solidarité circulaire ».

L’avantage est un magasin de vêtements et d’accessoires tTotalement gratuit, conçu pour les familles en difficulté mais avec un modèle innovant.
Il n’y a pas de « vieux trucs » empilés sur les étagères.
Le donneur sait qu’il doit laisser des vêtements qui peuvent être portés, pas des chiffons.
Le magasin ressemble également à un vrai magasin, avec les marchandises sur les étagères divisées par taille, ordonnées, divisées en sections.
Aussi beau à regarder.

En même temps, c’est aussi un moyen de freiner l’urgence climatique et environnementale en réduisant la quantité d’objets inutilisés qui sont jetés.

« Je connais la réalité de Benefit depuis un certain temps – dit le conseiller municipal des services sociaux, Alessandra Calafiore – dont le grand mérite, parmi tant d’autres, est d’avoir su éduquer au don.
Parce que c’est facile de donner, mais il faut aussi savoir le faire, apprendre à donner ce qui est utile et non ce dont on n’a plus besoin.
Un message que Cristina et les nombreux bénévoles de l’association ont toujours portés, animés par le profond désir de faire le bien.
L’évolution du projet qui est présenté aujourd’hui est extrêmement louable et fonctionnelle car elle poursuit une double action positive, tournée vers l’homme et l’environnement « 

Le projet, lancé en 2017 par l’association de Messine « Invisibili Onlus », a été considéré par le ministère de la Transition écologique comme un modèle vertueux à diffuser et à répliquer et initie des synergies avec des entités telles que Messina Common Good Services avec des objectifs de plus en plus solidaires et économiquement durables.
.

« Une prestation a été créée pour les familles de Messine – déclare Cristina Puglisi Rossitto, président de l’association « Invisibili Onlus » – et cela restera sa destination.
L’aide et l’accompagnement restent donc les points clés du projet.
Mais, au fur et à mesure que nous avancions sur notre chemin, il était nécessaire et fondamental de prendre en considération d’autres aspects, non moins importants, concernant notre planète.
« Benefit 2.0 » a été créé pour combiner la socialité de « Benefit » avec l’éco-durabilité du nouveau format, 2.0.
Le système d’économie circulaire est l’une des solutions au problème ipollution causée par le secteur textile. L’impact de la mode sur l’environnement est désormais un fait connu : 10% des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère sont liées au monde de la mode ; émissions appelées à augmenter de plus de 50 % d’ici 2030 ».

Et voilà que la grande famille Benefit « débarque » au Kenya grâce à un accord qui élargira concrètement la solidarité avec ceux qui font face à des difficultés économiques insurmontables.
Ces derniers mois, Benefit a également envoyé des camions de vêtements dans les zones touchées par la guerre.

« Le récent conflit en Ukraine nous oblige à réfléchir plus sévèrement aux besoins des pays moins fortunés – ajoute-t-il Alessandro Lupini, gérant de la société Eco Recycling – dans laquelle notre superflu, en lui donnant une nouvelle vie, devient un bien primaire et nécessaire.
Dans ce cadre, notre entreprise agit comme un support et une aide pour réaliser tout cela.
Nous avons doté nos partenaires d’une structure et d’une organisation capable de collecter au maximum pour réduire significativement la part du textile qui finit dans l’indifférencié et donc dans les décharges ou les incinérateurs.
Mon espoir est que ce projet puisse être le début d’un profond voyage culturel, qui offrira aux générations futures non seulement une planète plus verte, mais une approche plus responsable et solidaire envers notre voisin ».

Également présent à la conférence de presse Evans Odiero de « Benefit Kenya » et Mariagrazia Interdonatoadministrateur du conseil d’administration de Messina Servizi Bene Comune.

cp Reproduction réservée

Étiquette:

Actualité actualisée de la Sicile 2022-06-23 10:24:00

This post is also available in: Anglais Français Espagnol