Gds : “Palerme. Le nœud Rotoli, la fête des pères à la poubelle : 1 100 cercueils en attente” – Ilovepalermocalcio

#Gds #Palerme #nœud #Rotoli #fête #des #pères #poubelle #cercueils #attente #Ilovepalermocalcio

L’édition d’aujourd’hui de “Il Giornale di Sicilia” se concentre sur l’urgence des rouleaux de Palerme.

La fleur à déposer sur le cercueil pour la fête des pères devra se frayer un chemin dans les vases déjà encombrés de tiges et de pétales séchés, qui sont restés là où ils sont depuis près d’une semaine.
San Giuseppe parmi les avenues du cimetière de Rotoli, première urgence pour la prochaine administration, quelle qu’elle soit, une fois de plus prête à accueillir les visiteurs avec des paniers pleins de déchets et des pierres tombales envahies de détritus et de feuilles pourries débordant des conteneurs et dispersées un peu ‘ partout.
Malgré l’effort et l’augmentation des opérateurs de Reset, qui travaillent depuis des semaines pour ramasser les déchets et redonner au moins un sentiment de dignité au cimetière, en proie à ses désormais environ 1 100 morts en attente d’inhumation dans les dépôts, il y a de la saleté rampante : le Les poubelles rap où non seulement ces ordures peuvent être déposées, mais aussi les déchets issus des extumulations (zinc, bois et vêtements du défunt) débordent et n’ont pas été vidés.
Ce n’est pas la faute de l’entreprise, attention, prête à emporter les charges.
Mais d’une erreur bureaucratique qui a produit le nouvel arrêt.

« Ce type de déchets urbains doit passer par l’analyse chimique d’une entreprise, qui les caractérise ensuite et les inscrit sur une liste pour être livrés au Rap, qui devra ensuite en disposer.
Ce sont deux modules différents, mais cette fois la liste envoyée était unique.
Dès lundi, rassure le Rap, il sera possible de nettoyer les poubelles.
Pendant ce temps, les équipes externes de Reset poursuivent le désherbage et le nettoyage des champs funéraires.
Chapitre transféré à Sant’Orsola.
Il en reste 37 à emmener au cimetière de l’Ente di Santo Spirito.
Jusqu’à hier des trajets mouvementés, mais la liste des douze cadavres déjà identifiés a déjà été transmise au coroner : “Ils sont en cours, au milieu de mille difficultés”, précise le commissaire Toni Sala.
Emanuele Di Maria, qui a perdu sa mère il y a un an et voulait mettre fin à l’épreuve de rester dans la structure tendue, en sait quelque chose : il a payé la niche à Sant’Orsola depuis quatre mois maintenant, mais Teresa reste sur l’échafaudage.
«Nous attendons toujours le miracle – dit-il -.
Je suis vraiment fatigué, j’ai parcouru tous les chemins possibles et impossibles, mais ils n’ont eu aucun effet ».
La pénurie de places concerne principalement les camps funéraires.
Ces derniers jours, le réalisateur Leonardo Cristofaro a remis une liste de ceux qui ont expiré aux membres de la Commission du Conseil IV qui avaient fait un ci-dessus.

This post is also available in: English