entre observations et photos un mystère jamais résolu

#entre #observations #photos #mystère #jamais #résolu

Palerme, c’est le soir du 14 juillet 2010, le centre historique comme chaque année est déjà plein pour le défilé du char triomphal de Santa Rosalia le long du Cassaro.
Mais ailleurs dans la ville, à Borgo Nuovo, les forestiers sont aux prises avec le roman d’été.
Non, ils ne lisent pas.
Ils sont à la recherche d’une panthère, comme ils le font depuis trois semaines.
Oui, car nous sommes le 22 juin quand, au pied de la colline où se trouve la décharge de Bellolampo, l’alarme se déclenche : « Nous avons vu un énorme chat noir dans le quartier de la Via Bronte », racontent plusieurs habitants.
« J’ai entendu un rugissement », jure quelqu’un d’autre.
Les différents témoignages déclenchent la chasse à l’animal avec le Corps Forestier en première ligne.
Et celle de la nuit du Festino sera une date cruciale de cette accroche.

L’actualité dans les journaux

Mais revenons un instant en arrière, au début de la saison la plus chaude de l’année et aux premières « apparitions » de la panthère.
La nouvelle est d’abord traitée avec prudence par les médias locaux, mais au fil des jours les apparitions se multiplient, ainsi que les lancements des agences.
Et celui de la panthère à Palerme devient un feuilleton classique qui remplit les colonnes des journaux et les pages d’accueil des sites internet.
Les rapports continuent de prospérer.
D’abord un collier à poils noirs et un lapin mutilé sont retrouvés via Bronte, puis un pompier raconte avoir vu la gigantesque forme noire sous sa maison, dans la campagne de Boccadifalco.
Le jaune a maintenant explosé car entre-temps la parole d’un collectionneur passionné d’animaux exotiques s’est répandue et le procureur Carlo Lenzi a ouvert une enquête.

Un cochon comme appât

Le Forestale se débat et conçoit un plan: un cochon dans une cage comme appât et des caméras autour pour enregistrer l’arrivée éventuelle de la panthère.
Pendant ce temps, pour examiner les poils trouvés lors de la perquisition, les inspecteurs courent au zoo de la ferme de Terrasini, propriété de Pietro Quatra.
Là, ils prélèvent des échantillons d’autres panthères conservées dans l’établissement à des fins de comparaison.
Mais quelque chose ne va pas.
« Après la narcotisation, une de mes trois panthères ne s’est jamais réveillée », se plaint Quatra.

Les photos de la nuit du Festino

L’été avance et nous sommes au soir du Festino, celui dont nous sommes partis.
Il est environ 21 heures, lorsque des gestionnaires forestiers et des inspecteurs, accompagnés d’un vétérinaire, sont témoins d’un mouvement suspect via Sant’Isidoro, non loin de via Bronte.
Ils sont sûrs : « C’est la panthère ».
Un employé de l’entreprise forestière prend quelques photos.
Les images, immortalisées au crépuscule, ne sont pas nettes et il n’est pas tout à fait si net de distinguer le félin.
Il semble avoir atteint un tournant et, au lieu de cela, à partir de cette observation, les traces de l’animal sont complètement perdues.

La « réapparition » à Mondello

Un mois passe, la ville se vide davantage pour les vacances et l’affaire semble s’être complètement dégonflée.
Après Ferragosto, cependant, le roman s’enrichit d’un nouveau chapitre : la panthère « apparaît » via Giasone, à Mondello.
Cette fois, l’endroit est très éloigné de Borgo Nuovo, où le félin a déjà été signalé.
Mais même dans ce cas, il y a des photos.
Ce sont précisément les prises de vue, cependant, qui lèvent tout doute sur cette dernière observation.
« Les pierres près desquelles l’animal est passé ne sont pas si grosses et le zoom de la caméra du téléphone portable a compensé les proportions : ici, c’est un chat, pas une panthère », affirme le groupe Cites des Forêts après avoir examiné les images.

La clôture de l’enquête

Une ardoise qui apporte pratiquement le silence à l’histoire.
La saison chaude se termine et avec elle, en plus des journées longues et chaudes, elle enlève également le slogan sur le félin.
C’est le 22 septembre que le procureur Lenzi dépose le dossier ouvert partant de l’hypothèse de détention illégale d’animaux dangereux.
La panthère ne sera plus jamais vue ni retrouvée.
Le mystère de l’été 2010 à Palerme restera à jamais.

Actualité actualisée de la Sicile 2022-07-09 14:50:00

This post is also available in: Anglais Français Allemand Espagnol