Actualités

Demain à Palerme concert avec les musiciens estoniens Anna-Liisa Eller et Taavi Kerikmäe – La Voce dell’Isola

#Demain #Palerme #concert #avec #les #musiciens #estoniens #AnnaLiisa #Eller #Taavi #Kerikmäe #Voce #dellIsola



Vues d’articles :
86

Sala Perriera, Cantieri Culturali alla Zisa

Demain, samedi 2 avril, pour “Prima Vera Contemporanea – Revue de la musique hétérodoxe”, la nouvelle revue de Curva Minore, le concert aura lieu “Forêt du son” (19h00 – Sala Perriera, Cantieri Culturali alla Zisa) avec les musiciens estoniens Anna-Liisa Eller (kannel) et Taavi Kerikmäe (électronique, synthétiseur, theremin) tous deux déjà invités de Curva Minore dans les éditions précédentes.
Le duo présentera un dialogue entre le kannel, un cordophone de tradition estonienne, joué par Anna-Liisa Eller, l’une des interprètes et exploratrices majeures de l’instrument – et lauréate du prix “Album de musique classique de l’année 2021 en Estonie” avec son album avec le label Harmonia Mundi – et les sonorités électroniques de Taavi Kerikmae, compositeur et improvisateur très actif sur la scène musicale estonienne et internationale.

Anna-Liisa et Taavi partagent une passion pour la musique ancienne et la musique contemporaine.
Selon eux ce sont deux mondes séparés par des siècles, mais qui peuvent s’unir, tous deux sont la même forêt de sons : « C’est un paysage vivant habité à la fois par de vieux arbres et de nouvelles plantes.
Des êtres vivants de cent ans et un jour, épineux, doux, parfumés, grattants, colorés, imperceptibles, fragiles et entrelacés.
Les sons nous concernent et nous en prenons soin.”

Dimanche 3 avril (21h00 – Sala Perriera, Cantieri Culturali alla Zisa) sera au tour de Dario Buccino et Dejana Sekulic qui présenteront le projet « La temporalité de l’impossible ». Conçue par la violoniste serbe Dejana, cette œuvre rassemble une musique nouvellement créée qui explore l’extrémisme et l’ambiguïté qui émergent lorsque l’on touche aux limites de l’impossibilité de jouer.
“Temporalité de l’impossible” est la première publication d’un projet en cours de Dejana Sekulić axé sur des pièces pour violon seul qui éludent et échappent intentionnellement à l’extrême finalité qu’elles semblent, à première vue, destinées à atteindre par leur notation.
Dans le disque, la pièce de Dario Buccino joue un rôle central car elle a été commandée par Dejana Sekulić, spécifiquement pour le projet, à travers un appel à propositions international qui a examiné les propositions artistiques de compositeurs du monde entier.

Les travaux de recherche des deux musiciens et théoriciens seront exposés dans un séminaire qui précédera le concert (20h00) : les techniques exécutives et compositionnelles de notation de la pièce seront illustrées, afin de saisir, à travers des concepts, des sons et des actions , le parfum philosophique spécifique de chaque œuvre qui donne réalité au concept radical qu’ils proposent.

Organisée par son épouse Valeria Cuffaro, la revue, qui donne une continuité au travail fervent et incisif de Lelio Giannetto, fondateur de l’association Curva Minore, et qui se poursuivra jusqu’au 15 mai, propose un parcours d’écoute et d’interaction avec des musiciens et interprètes actifs dans la scène musicale européenne contemporaine : Gunda Gottschalk, Carl Ludwig Hubsch, Gianni Trovalusci, Gandolfo Pagano, Anna-Liisa Eller, Taavi Kerikmäe, Dario Buccino, Dejana Sekulic, Giovanni Damiani, Flavio Virzì, Collettivo Minus, Michael Moore (et ses jeunes élèves) , Michele Di Leonardo, Valerio Minore, Thollem McDonas, Angela Villa et le SIO (Orchestre des improvisateurs siciliens).

La musique hétérodoxe de Prima Vera Contemporanea vise à ouvrir de nouvelles voies de sens et de sens, offrant l’exploration de multiples sonorités et dimensions de timbre grâce à la présence d’artistes qui, avec leur diversité compositionnelle et interprétative, conduiront l’auditeur vers des horizons expérientiels du son.
.
Au centre de la revue, l’improvisation, alliance du mouvement et du son, genèse dans l’instant, mais aussi la musique contemporaine, réinterprétations de répertoires allant de la musique ancienne au jazz, dans un constant franchissement des frontières musicales.

Les propositions sont une invitation à la liberté créative et expressive au-delà des distinctions artificielles entre genres et styles musicaux, sous la bannière de la pensée et de l’approche esthétique et relationnelle de Lelio Giannetto dont le travail, sa femme Valeria Cuffaro et leurs enfants Gabriele et Luca ils donnent continuité avec dévouement extrême et passion inépuisable.

Sur la photo, Anna-Liisa Eller