Actualités

Débat sur l’Ukraine refusé à l’institut La Torre, les étudiants manifestent et la police intervient

#Débat #sur #lUkraine #refusé #linstitut #Torre #les #étudiants #manifestent #police #intervient #BlogSicilia #Dernières #nouvelles #Sicile

Ce matin, les élèves de l’institut Pio La Torre de via Nina Siciliana, à Palerme, ont refusé d’entrer dans la salle de classe, se rassemblant dans la cour extérieure de l’école.

Les étudiants avaient demandé à avoir un débat sur la guerre en Ukraine

Ils sont en bloc pédagogique car les jours précédents le collectif autonome avait demandé au doyen la possibilité d’avoir un débat sur la guerre en Ukraine en présence.
Espace qui a été refusé à la demande du directeur de réaliser le moment de confrontation au sein des classes individuelles ou lors de l’assemblée scolaire, qui se déroule cependant par voie électronique.

Manifestation ce matin

La réponse a été rapidement renvoyée à l’expéditeur et la protestation a commencé ce matin.
Au départ, la responsable semblait prête à revenir sur ses pas, seulement pour demander l’intervention des digos pour disperser les étudiants.

Etudiants : “Fait très grave”

« Ce qui s’est passé ce matin dans notre école est très grave.
Face aux demandes légitimes des étudiants, l’établissement d’enseignement répond par la police.
Ce qui se passe en Ukraine a attiré l’attention de tout le monde, et bien sûr de nous étudiants aussi.
Nous voulons en parler, en discuter entre nous, avec l’aide d’enseignants et d’experts, pour pouvoir mieux nous orienter et développer notre propre point de vue sur la guerre.
Nous voulons le faire au sein de l’école, car pour nous la formation ne se limite pas à l’étude de l’histoire, de la géométrie et d’autres matières ordinaires.
L’école a de la valeur si elle parvient aussi à fournir aux élèves des outils pour comprendre et critiquer ce qui se passe autour de nous », déclare Flavio La Bruna, porte-parole du Collectif autonome Pio La Torre.

La contestation se poursuit avec l’assemblée permanente

L’arrivée de la police n’a cependant pas interrompu la manifestation qui se poursuit, disent les étudiants, jusqu’à la publication d’une circulaire certifiant l’autorisation de mener le débat en personne.
Le porte-parole La Bruna conclut : « Nous devons nous rencontrer en présence.
Beaucoup d’autres écoles l’ont déjà fait, nous ne comprenons pas pourquoi notre doyen doit nous refuser cet espace sous prétexte de la réglementation sanitaire anti Covid, qui a pourtant changé et prévoit désormais la possibilité de réaliser des activités en remplissant les salles de classe à la capacité maximale.
Nous avons entendu des rapports d’obstruction aux initiatives de guerre dans d’autres écoles et universités, pour des “raisons politiques” génériques.
Nous espérons que cela ne se passe pas ici aussi, certainement la réponse du principal, qui a envoyé la police à l’école, ne nous donne pas espoir”.
Les étudiants se sont réunis en assemblée permanente.

Notre rédaction n’est pas encore parvenue à obtenir une réponse de l’Institut Pio La Torre.
Nous vous tiendrons au courant.

Articles Liés