Cinquante heures de voyage pour apporter vivres et médicaments aux Ukrainiens : la mission d’un Palermitain

#Cinquante #heures #voyage #pour #apporter #vivres #médicaments #aux #Ukrainiens #mission #dun #Palermitain

Ils ont quitté la Sicile chargés de vivres, de médicaments et de vêtements, ont apporté de l’aide au camp de réfugiés de Przemyśl, à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne, puis sont retournés en Italie avec certains d’entre eux.
Parmi les protagonistes de ce voyage humanitaire, il y a aussi un Palermitain : Roberto Lannino, 38 ans, un responsable de Trenitalia.
De Palerme, il a rejoint Messine pour rejoindre Carlo Arcidiacono, 34 ans, photographe professionnel de Lentini, et monter à bord d’une camionnette d’Agesci Sicilia, l’association des guides et scouts catholiques italiens dont tous deux font partie.

D’autres compagnons d’aventure les attendaient.
En tout, six véhicules, pleins d’aide, qui ont quitté l’île jeudi dernier pour rejoindre des lieux dévastés par la guerre : une voiture mise à disposition par la Municipalité de Sant’Agata Li Battiati, un bus de 55 places mis à disposition par une église paroissiale de Messine et trois autres camionnettes appartenant à des associations de scouts (Cngei, Fse et Masci).

“Une mission n’était pas prévue, c’était une organisation impromptue, née – raconte Lannino un PalermeAujourd’hui – du désir de faire quelque chose d’utile en embrassant pleinement l’esprit scout de notre devise ‘estote Parati’ ou ‘toujours prêt’.
En quelques heures tout était mis en place et Carlo et moi nous disions un « oui » aussi instinctif qu’inconscient.
Nous allions à 9 kilomètres de la guerre : quelques heures avant de partir, une base à quelques minutes de cette frontière avait été bombardée”.

Une mission qui a également impliqué Roe, le groupe d’urgence de la protection civile qui a coordonné le groupe.
“Pendant l’aller – poursuit le chef scout – il y avait beaucoup de questions : aurions-nous été vraiment utiles ? Arrivés là-bas, voyant de nos yeux des êtres humains qui avaient tout perdu et avec l’avenir à réécrire, nous avons compris que nous étions utiles oui, mais il aurait fallu beaucoup plus, beaucoup plus de présence”.

A la frontière avec l’Ukraine, le groupe de Sicile a rencontré des familles entières qui voyageaient pour retrouver des parents ou des connaissances qui vivent ici en Italie.
“Nous avons pris en charge – poursuit Lannino – 18 d’entre eux.
Nous les avons accompagnés à Rimini, en Campanie et à Catane.
Deux familles – poursuit le chef scout – qui ont voyagé à bord de notre camionnette : une mère avec deux enfants (15 et 20 ans) qui est allé à Avellino pour visiter des parents et une autre famille composée d’une mère, d’une grand-mère et de deux enfants âgés de 12 et 5 ans, que nous avons confiés à un assistant ecclésiastique scout, à Casoria, qui à son tour les accompagnera dans la famille qui les accueillera ” .

Des familles où les enfants sont soudainement devenus des adultes pour s’occuper des femmes, qui se retrouvent actuellement sans mari ni père.
“Les hommes – poursuit le responsable de Trenitalia – sont au front ou en tout cas n’ont pas quitté le pays pour se battre si nécessaire et il y a beaucoup, trop d’enfants obligés de vivre le cauchemar d’une maturité atteinte trop vite”.

Le voyage de retour s’est terminé avec le retour à Palerme lundi dernier.
“Le moment le plus excitant – dit Lannino – a été lorsque nous sommes arrivés au péage de Tarvisio, dans le Frioul.
Là, les autorités italiennes nous ont arrêtés pour vérifier les passeports des Ukrainiens et c’était agréable de voir comment notre pays accueille les réfugiés : là, ils ont offert thé chaud et nous a souri.
C’était un accueil émouvant, je me suis senti fier “.
Environ 5 400 kilomètres parcourus par les deux Siciliens.
Cinquante heures de voyage, réparties en cinq jours.

Une expérience qu’ils pourraient bientôt renouveler.
“Nous pensons, toujours coordonnés par Roe, organiser une autre mission pour soutenir les familles qui doivent quitter l’Ukraine pour reconstruire leur vie ou attendre la fin du conflit”.
Un besoin que les deux scouts ressentaient fortement lorsqu’ils accompagnaient la dernière famille jusqu’à leur destination : « Nous avons sérieusement pensé à faire une inversion et à y retourner pour amener en Italie des femmes, des personnes âgées, mais surtout des enfants à qui nous voudrions donner un une enfance plus normale.
possible”.

This post is also available in: English