Actualités

Chères factures, infrastructures, super bonus qui expirent, les entreprises artisanales sont à bout de souffle

#Chères #factures #infrastructures #super #bonus #qui #expirent #les #entreprises #artisanales #sont #bout #souffle #BlogSicilia #Dernières #nouvelles #Sicile

Le manque d’infrastructures, les factures chères, le Supebonus qui expire en juin.
Ce sont les urgences exprimées par les entreprises artisanales de Palerme au président national du Cna Dario Costantini qui était aujourd’hui en visite dans la capitale sicilienne.
Pour lui, c’est la première étape sicilienne.
Le président Nello Battiato et le secrétaire Piero Giglione avec tout le personnel l’ont accueilli au siège régional de la Confédération.
Il a ensuite été reçu par la structure provinciale du Cna de Palerme, dirigée par le président Giuseppe La Vecchia et le secrétaire Pippo Glorioso.
Costantini a voulu prendre conscience des criticités et des difficultés rencontrées par les entreprises.
Il s’est rendu dans certaines entreprises de la capitale sicilienne pour recueillir personnellement les demandes, suggestions et propositions d’artisans et d’entrepreneurs.
Leur faire ressentir la proximité de la Confédération.

L’écoute est fondamentale

« Ma présidence se distinguera – a déclaré Costantini – pour le concret, pour les opérations qui passent par l’écoute de ceux qui travaillent et produisent chacun et leur pleine implication et participation dans les choix et les batailles à mener.
J’ai recueilli leurs éclats, leurs demandes légitimes.
Avec le Cna Sicile, qui est une réalité forte et leader dans le contexte méridional, nous nous emploierons à encourager les responsables gouvernementaux, à différents niveaux, à mettre en œuvre des mesures et des outils en faveur des petites et moyennes entreprises.
En ce moment, nous faisons pression sur les institutions centrales pour qu’elles lèvent en juin la contrainte de 30% pour les unités unifamiliales en référence au financement Superbonus.
Il y a un risque de blocage de projets et de chantiers avec des dommages considérables pour les familles, les entreprises et l’ensemble de l’économie ».

Factures inévitables cher thème

Les factures élevées et les hausses de prix des matières premières sont d’autres urgences qui ont été signalées au numéro un national du Cna.
« De plus, en termes de stratégies pour réduire la dépendance au gaz – ajoute Costantini -, nous relançons la proposition du ministre Carfagna de créer un pôle énergétique méditerranéen au Sud.
Des instruments similaires à celui du PNR doivent être lancés pour encourager les investissements nécessaires.
En Sicile, donc, les problèmes d’insuffisance liés aux infrastructures doivent être résolus ».
“Une visite certainement bienvenue et appréciée – disent les dirigeants régionaux de la Confédération – qui revêt également une signification politique importante pour relancer, depuis le sud profond, certaines questions pertinentes et sensibles qui concernent notre terre et plus généralement le sud de l’Italie, dans lesquelles le rôle des petites et moyennes entreprises et de l’artisanat est fondamental pour la croissance économique de tout le pays.
Et la présence aujourd’hui, à Palerme, du président Costantini, à qui nos remerciements et ceux de tous les responsables pour la disponibilité manifestée – ajoutent Battiato et Giglione – est l’occasion de réaffirmer la valeur de la cohésion des territoires du point de vue d’un développement homogène qui est une condition essentielle du redémarrage de l’Italie après la crise déclenchée par des événements exceptionnels, comme la pandémie et la guerre ».

La priorité aux infrastructures

« C’est une priorité de combler le retard lié aux infrastructures de raccordement – ont ajouté les dirigeants de la Cna sicilienne -, préalable indispensable pour permettre à nos entreprises d’être compétitives sur le marché.
Se pose alors la question de l’insularité.
Ce sont des questions qui doivent être placées, avec force et conviction, au centre du débat politique national.
Le problème est certainement le nôtre, mais la solution doit être un exercice d’intérêt commun, car les inconvénients, les retards et les coûts excessifs des déplacements finissent par avoir d’inévitables répercussions négatives sur l’ensemble du système national.
Nous sommes convaincus que les fonds du PNR doivent être adressés et bien dépensés pour rendre les ouvrages et structures plus efficaces et complets et améliorer les services qui facilitent les activités quotidiennes de nos artisans et de nos entrepreneurs.
La Cna, en tant qu’organisme intermédiaire faisant autorité et reconnu par les institutions, continuera à revendiquer avec détermination quelles sont les conditions légitimes dont les entreprises ont besoin pour continuer à produire et à investir sur leur propre territoire ».

Articles Liés