Chère-énergie, artisans alarmés à Trapani: « Il rouvre, mais avec une production et un personnel réduits »

Pour de nombreuses entreprises, le mois de septembre, qui approche désormais à grands pas, ne sera pas, comme d’habitude, celui du redémarrage après les vacances d’été. Face à la flambée des prix de l’énergie, de nombreuses activités, notamment énergivores, pour faire face à des coûts considérables, ont en effet sagement décidé de réduire leur production. «C’est un choix que nous sommes obligés de faire – explique Giovanni Marchese, président de la catégorie Production pour Cna Trapani, mais aussi propriétaire d’une entreprise du secteur manufacturier – pour éviter la fermeture définitive. En effet, nous ne sommes plus en mesure de payer des factures 3 à 4 fois plus lourdes que par le passé. Par rapport à la seule année dernière, le gaz méthane est passé de 0,27 cents le mètre cube à 2,40 euros le mètre cube aujourd’hui, tandis que les coûts d’électricité sont passés de 0,07 cents au kw jusqu’à 0,47 cents aujourd’hui ».

«Il est difficile de prédire – dit Marchese – s’il sera encore durable de continuer à produire même à l’automne, surtout compte tenu des nouvelles augmentations. Pour l’instant, j’ai personnellement décidé de ne démarrer qu’une seule ligne de production sur les trois prévues par mon entreprise ».

Le choix de réduire la production de l’entreprise – précise Cna Trapani, porte-parole des besoins des entreprises locales, et inquiète pour l’avenir de l’économie locale, déjà faible en elle-même – se traduit inévitablement aussi par une réduction des rotations de travailleurs, et donc également dans tout fonds de licenciement pour certains employés ou licenciements.

© Tous droits réservés

Category Trapani

This post is also available in: Anglais Français Espagnol