Catane, avocats pénalistes en grève Le juge n’est pas un employé

#Catane #avocats #pénalistes #grève #juge #nest #pas #employé

Les avocats de la Chambre pénale de Catane s’abstiendront de travailler pendant deux jours pour sensibiliser au sujet du changement de juge

2′ DE LECTURE

CATANE – La Chambre criminelle de Catane se joindra également à la grève des avocats pénalistesles 26 et 27 juin prochains : c’est ce qu’a annoncé la chambre « Serafino Famà » elle-même, qui organisera, le 27e jour, une réunion sur le thème du changement de juge, à partir de la sentence de la Cour de cassation Bajrami.

Au centre de la réunion, qui aura lieu à 10 dans la salle de réunion, se trouvent ceux que la Chambre criminelle de Catane définit dans un communiqué les « criticités trouvées relatives à l’interprétation de l’institut ».
Les magistrats de district et l’Association nationale des magistrats ont également été invités à participer à la réunion, avec une lettre directement remise par le président de la chambre criminelle.

Les points critiques

La chambre criminelle de Catane a produit un document contenant certaines des critiques formulées au sujet du changement de juge.
Le texte, écrit pour « commencer à illustrer cette question qui touche à l’appréciation du juge sur l’accusé, à la qualité de la juridiction et aux garanties amoindries pour l’accusé », contient plusieurs points sur l’équité et la justice du procès.

« Un procès dans lequel le juge est considéré comme équitable – lit, entre autres, dans le document – un procès et accepté comme s’il était un bureaucrate affecté au procès ? Où la relation entre la cognition et la décision est-elle minimisée ? La sentence, en fait, n’est rien de plus qu’un jugement ».

« Ce qui garantit – poursuit le document – offre un processus mis en place autour du soi-disant juge provisoire, compte tenu qu’il n’existe pas d’indications réglementaires garantissant concrètement la stabilité du juge (même en tant que personne physique) pour répondre à la question de la justice ? Et l’on s’interroge encore : la tentative d’interprétation de la phrase bien connue de Bajrami a accru ou non l’incertitude sur les points fondamentaux de la relation entre cognition et décision »

« Le procès pénal – poursuit-il – n’est pas une exigence bureaucratique ou un accident administratif; Autour d’elle gravitent les droits fondamentaux du citoyen, mûris et qu’il faut protéger : honneur, liberté, patrimoine, etc.
Le juge représente le moment constitutif le plus important du processus judiciaire ; peut-il être relégué au rôle de simple employé (indifféremment interchangeable avec les autres) ? »

Actualité actualisée de la Sicile 2022-06-21 10:27:00

This post is also available in: Anglais Français Espagnol