Benoît XVI, le 3 octobre 2010, la visite à Palerme et l’invitation à se rebeller contre la mafia : "Route de la mort"

Il y a un peu plus de 12 ans, le 3 octobre 2010, une Palerme pleine de fidèles accueillait Benoît XVI. C’était sa première et unique visite pastorale en Sicile durant son pontificat. Ratzinger est arrivé dans la ville ce dimanche à l’invitation de l’archidiocèse et des évêques siciliens à l’occasion de la conférence sur les jeunes et la famille.

Ceux qui étaient à Palerme ce jour-là auront à peine oublié ces moments. La ville était aux pieds de son pape. Des milliers de personnes étaient venues de toutes les parties de la Sicile, de nombreuses routes étaient bloquées et contrôlées, aussi parce que Benoît XVI pour atteindre le Foro Italico où la scène avait été installée où environ 200 000 personnes l’attendaient, a traversé la ville à bord de la papamobile où des milliers d’autres fidèles se pressaient derrière les barrières.

Benoît XVI à Palerme : les mots contre la mafia

Dans son homélie, Ratzinger a rappelé les victimes de la mafia, comme don Pino Puglisi, Falcone et Borsellino, et a invité les jeunes à ne pas s’incliner et à ne pas avoir peur du crime organisé. « Je sais qu’à Palerme, comme dans toute la Sicile, les difficultés, les problèmes et les inquiétudes ne manquent pas : je pense en particulier à ceux qui vivent réellement leur vie dans des conditions précaires, faute de travail, incertitude pour l’avenir, de souffrances physiques et morales et, comme l’a rappelé l’archevêque, dues au crime organisé », a-t-il déclaré ce jour-là.

Puis il a ajouté : « Aujourd’hui, je suis parmi vous pour témoigner de ma proximité et de mon souvenir dans la prière. Je suis ici pour vous encourager vivement à ne pas avoir peur de témoigner clairement des valeurs humaines et chrétiennes, si profondément enracinées dans la foi et l’histoire de cette région et de sa population », a-t-il déclaré ce jour-là.

Lors de la visite de ce dimanche, il a également rencontré les jeunes de la Piazza Politeama, prononçant la phrase la plus sévère contre la mafia : « Ne cédez pas aux suggestions de la mafia, qui est une route de la mortincompatible avec l’Evangile”. De retour à l’aéroport, à la fin de la visite, un événement imprévu : il demande à s’arrêter devant la stèle commémorant les victimes du massacre de Capaci, et il y dépose une gerbe.

© Reproduction réservée

Category Palermo