Basile, une fête après l’autre. Sur la place pour l’anniversaire et l’élection

#Basile #une #fête #après #lautre #Sur #place #pour #lanniversaire #lélection

La première semaine en tant que maire.
Federico Basile la commencera par une rencontre avec le président de l’Acr Sciotto.
Le but est de sauver l’équipe et d’éviter un nouveau redémarrage.
Federico Basile aura désormais à l’agenda des visites institutionnelles (elles se poursuivront tout au long de la semaine) et des premières rencontres programmées avec son équipe.

La première réunion du conseil est prévue pour aujourd’hui.
Une approche avec l’équipe qui sera également utile pour comprendre la méthode de travail du nouveau maire.
Passionné d’applications numériques, il possède une archive qui contient tous les « secrets » du budget municipal.
En revanche, il a été deux fois commissaire aux comptes, puis expert du maire puis directeur général.
Il sera celui qui gardera les cordons de la bourse au sein du conseil.
Mais les idées, les propositions, viendront des élus qui, on l’imagine, ont hâte de reprendre le travail là où ils s’étaient arrêtés.

L’équipe part certes de l’avantage de connaître les faits, les hommes et les choses du Palazzo Zanca mais les quatre mois qui se sont écoulés depuis la nuit de la Saint-Valentin, celle de la démission, dans une machine complexe comme celle de la Municipalité n’est pas si peu de temps pour pouvoir repenser que le fil peut être renoué en quelques jours.

Aujourd’hui également, la première réunion avec les dirigeants de la municipalité et la passation de pouvoir avec le commissaire Leonardo Santoro devraient également avoir lieu.
Un acte formel qui sert à donner une autonomie « cash » au nouveau maire.
Une transition qui, théoriquement, peut aussi passer par le secrétaire général ou un exécutif.

La fête

Sur la Piazza Unione Europea, Basile a fêté ses 45 ans.
Plus d’un millier de personnes de Messine à s’inviter qui a partagé son expérience électorale et, il y a une semaine, aussi le succès du premier tour.
Sur scène, les dirigeants de Sicilia Vera alternent avec ceux qui ont décidé de faire un chemin commun.
Il y a aussi Nino Germanà, député de Prima L’Italia qui « lisait » avant les autres là où soufflait le vent le plus fort, s’est détaché du centre-droit pour des raisons administratives et s’est trouvé un nouvel allié.
«Je n’ai rien demandé à Cateno De Luca – dit-il – le nôtre n’est qu’un semblant technique.
Et à ceux qui me disent que je n’aurai même pas de conseiller, je dis que j’ai 9 conseillers dans cette administration.
Je représente le premier parti du centre-droit et on ne se vend pas pour un fauteuil ».

Basile, après trois mois de campagne électorale, est confiant aussi sur cette scène, devant les projecteurs qu’il fuyait alors qu’il n’était que l’homme des comptes.
Sa vie a été révolutionnée en une saison.
« Au cours des trois derniers jours, j’ai marché avec l’écharpe de maire dans les rues de ma ville avec la procession de Sant’Antonio, samedi j’étais à Taormina où j’ai rencontré le président Mattarella et aujourd’hui j’étais au Corpus Domini, toujours entouré du drapeau tricolore .
Qui aurait pensé ça ? Notre chance – dit-il – est que moi, cette personne qui a fait ces choses au cours de ses trois premiers jours, je suis exactement comme vous ».

Lire l’article complet dans l’édition imprimée de Gazzetta del Sud – Messina

cp Tous droits réservés

Actualité actualisée de la Sicile 2022-06-20 06:33:00

This post is also available in: Anglais Français Espagnol