Actualités

Barbera : « Les partis montrent peu d’intérêt pour Palerme »

#Barbera #Les #partis #montrent #peu #dintérêt #pour #Palerme

L’ancien directeur de la prison d’Ucciardone est l’un des candidats au poste de maire de la capitale sicilienne

PALERME – « A Palerme, les démangeaisons qui agitent les côtés centre-gauche et centre-droit ne se sont pas encore calmées.
Encore une fois, les partis montrent peu d’intérêt pour la ville et beaucoup de propension aux intrigues de Palazzo ».
C’est ce qu’a déclaré Rita Barbera, candidate à la mairie de Palerme, ancienne directrice d’Ucciardone et Pagliarelli, sur le terrain avec deux listes indépendantes.

LIRE AUSSI : Palerme, Stancanelli : “Le centre-droit restera uni”

“Ce n’est pas un hasard si l’on assiste à des passages de terrain désinvoltes, comme a pu le déclarer le candidat Faraone, qui a annoncé que son positionnement politique glisse de gauche à droite, et à un véritable poltronificio marchandant, déjà maintenant, les candidatures de les prochaines élections régionales avec celles des prochaines administratives ».

“Le centre-droit éclaté se retrouve avec cinq candidats, un pour chaque parti, contraints de se précipiter à Rome à la recherche d’une solution unitaire qui aura pourtant le goût et l’odeur des palais du pouvoir romains – souligne Barbera -.
Palerme en a assez d’être asservie à des jeux politiques et de pouvoir qui n’ont rien à voir avec le concept d’administration de la ville ».

À LIRE AUSSI : Le centre-droit tente de se regrouper sur le nom de Cascio

« Nous devons révolutionner le concept même de politique.
Une nouvelle façon, donc, de penser une politique faite de travail quotidien, d’engagement et de bonne administration – poursuit-il – Le changement doit aussi passer par des méthodes alternatives et aussi aller de soi, s’adressant directement aux citoyens fatigués et découragés des traditions la politique, peut être gagnante.
Les mouvements civiques répondent aux demandes que font les gens pour la transparence dans leurs choix, pour trouver des réponses aux besoins et donc au bien commun ».