Agrigente. Préjugé, il échappe à sa résidence surveillée pour agresser violemment son ancienne compagne arrêté

#Agrigente #Préjugé #échappe #résidence #surveillée #pour #agresser #violemment #son #ancienne #compagne #arrêté

La police d’État de Sciacca, en fin de soirée du 30 juillet 2022, a arrêté PV de 53 ans, lésé, car pris en flagrant délit de résistance à un agent public, évasion de la mesure de détention à domicile et tentative d’intrusion dans contre l’ancien partenaire de vie.

Les policiers ont notamment été alertés sur la ligne d’urgence 112 par la femme alors que l’homme tentait de s’introduire violemment dans son domicile, à coups de pied et de poing dans la porte d’entrée.
Le Volante arriva alors à l’endroit indiqué, constatant d’abord que devant la porte d’entrée il y avait du verre au sol et que la vitre supérieure de la porte droite de la même porte était fracassée.

Au même moment, l’homme précédemment signalé – soumis au régime de la détention à domicile – a été noté, dans un état évident d’altération psycho / physique due à l’alcool, a tenté d’atteindre le domicile de la partie lésée, la menaçant verbalement.
Les agents, à ce stade, ont été contraints de se tenir physiquement entre l’homme et le domicile de la femme, contenant ainsi l’extrême véhémence physique et verbale avec laquelle le même a continué à s’opposer, le faisant entrer dans l’habitacle de la ‘voiture de service où il, non payés, ont continué à crier et à lancer des coups de pied et de poing contre la cloison en verre de sécurité placée entre l’avant et l’arrière de l’engin spécialisé.

Pour ces conduites, comme mentionné, l’homme a été arrêté et sous l’ordre du ministère public de Sciacca, traduit en prison.
La même autorité judiciaire a assumé la coordination des enquêtes ultérieures qui ont permis de mettre en évidence un échantillon relationnel du couple caractérisé par des violences graves et des menaces adressées dans un passé récent par l’homme également à la mère de l’ex-petite amie.

Les enquêteurs, en très peu de temps, ont cristallisé à cet égard un cadre probatoire consistant en des mauvais traitements à travers de lourdes injures, coups, menaces et blessures subis par la femme, conduites qui se sont traduites dans certains cas par des violences physiques et sexuelles faites de gifles, secousses et coups de poing, dans une escalade de brutalité qui a atteint son paroxysme lorsque l’homme était manifestement ivre.

Une fois, la femme, littéralement prise par le cou par l’homme, a trouvé refuge chez ses parents.
Pour ces motifs, le Parquet de Sciacca a demandé au Parquet compétent du Juge des Enquêtes Préliminaires du Tribunal de Sciacca l’étendue de la garde à vue que le GIP, compte tenu des preuves sérieuses recueillies, a acceptée intégralement, considérant qu’il proportionnée à la gravité des faits litigieux et adéquate aux nécessités de précaution, fournissant au suspect, ainsi que la validation de l’arrestation, l’étendue de la garde à vue préventive en prison.

06 août 2022 | 01:11
cp REPRODUCTION RÉSERVÉE

Actualité actualisée de la Sicile 2022-08-06 13:19:00

This post is also available in: Anglais Français Allemand Espagnol