Agrigente embrasse le Saint Noir aujourd’hui le premier dimanche de célébrations de San Calogero

#Agrigente #embrasse #Saint #Noir #aujourdhui #premier #dimanche #célébrations #San #Calogero

Mysticisme, traditions anciennes, légendes et foi chrétienne profonde qui se rejoignent et libèrent une énergie difficile à traduire en mots simples.
Tout contenu en un seul mot : San Calogero.

Les célébrations en l’honneur du Saint Noir, aimé et vénéré par les habitants d’Agrigente, commencent aujourd’hui.
Une attente qui chaque année a permis aux fidèles et aux chrétiens de renouveler leur dévotion au Saint.

Cette année, après deux ans, on revient à la normale, les cortèges et événements collatéraux reviennent.

Une fête, celle de San Calogero, qui, bien qu’elle renoue avec les anciennes traditions pré-Covid, laisse craindre de nouvelles infections.
Pour cette raison, la Préfecture, à l’occasion de la table technique organisée en vue des célébrations, a confirmé l’interdiction de monter sur la vara en portant la statue du Saint et d’enlacer ou d’embrasser le simulacre.

Le port du masque en extérieur est également fortement recommandé, notamment lors d’occasions d’éventuels rassemblements.
Même la Municipalité, en matière de sécurité, a décrété une ordonnance en vigueur jusqu’au 10 juillet prochain qui impose une interdiction de la consommation et de la vente d’alcool, de l’utilisation de bouteilles ou de verres en verre et de canettes ; l’utilisation de feux d’artifice et le transport de chaises, perches à selfie, parasols et parapluies.

Depuis 15 siècles, ce « phénomène religieux » existe et ne montre aucun signe de diminution et quiconque a participé, ne serait-ce qu’une fois, aux célébrations en l’honneur de San Calogero, les premiers dimanches de juillet, a certainement ressenti un sentiment d’étonnement en voyant toute cette multitude de personnes qui, du matin au soir, entourent, embrassent et portent le Saint en triomphe.
Une histoire très actuelle et suggestive de San Calogero.

On raconte, en effet, que le moine Calogero, venu en Sicile pour évangéliser et répandre la foi chrétienne, pendant une longue période de peste, s’est promené en demandant du pain à donner aux pauvres.
Les gens, terrés dans la maison par peur de la peste, jetaient du pain par les fenêtres au passage du moine pour empêcher Calogero de s’approcher trop près de chez eux.

Aujourd’hui encore, mais pas cette année, les fidèles vénèrent le Saint noir en l’embrassant, votant pour les enfants qui, en robes blanches, sont amenés devant San Calò dans un tourbillon de confusion, de sueur, de pieds nus, de dévotion et de tambours qui marquent le temps d’un frénésie difficile à trouver à toute autre fête religieuse.

Pour égayer la semaine de célébrations, collatérale à la fête religieuse, sera la Tammurinara traditionnelle de l’association « I Tammura di Girgenti » qui jouera à différents moments de la semaine près du Sanctuaire et autour de la ville et des hameaux.

«Comme nous le savons tous, – a déclaré le maire Miccichè ces derniers jours, il ne sera pas possible de monter sur la vara portant la statue du Saint, ni d’embrasser et d’embrasser le simulacre.
Prudence avant tout.
La municipalité d’Agrigente, cette année encore, a pris la responsabilité de contribuer au succès de l’événement, en s’engageant dans la coordination des activités, ainsi que financièrement, en faisant face à toutes les dépenses nécessaires, des installations aux lumières .
Je recommande à mes concitoyens la plus grande prudence, le port du masque et la désinfection fréquente des mains ».

Actualité actualisée de la Sicile 2022-07-03 09:19:00

This post is also available in: Anglais Français Espagnol