Actualités

À Palerme “Prima Vera Contemporanea-Review of Heterodox Music” – La Voce dell’Isola

#Palerme #Prima #Vera #ContemporaneaReview #Heterodox #Music #Voce #dellIsola



Vues d’articles :
47

vendredi 8 avril: “Généalogies des danses” concert pour guitare microtonale du guitariste palermitain Flavio Virzì.

samedi 9 avril montera sur scène “Autour de Palerme”, performance et improvisation par le Minus Collective.

dimanche 10 avril Michael Moore jouera avec le quatuor « Jazzmanyoudie », une performance qui met l’accent sur la relation entre la composition originale et l’improvisation.

Sala Perriera, Cantieri Culturali alla Zisa

vendredi 8 avril, pour “Prima Vera Contemporanea – Revue de la musique hétérodoxe” (Sala Perriera, Cantieri Culturali alla Zisa – Palerme), le guitariste de Palerme Flavio Virzì présentera un concert pour guitare microtonale, « Généalogies des danses ». Le live mettra en vedette la première de “Généalogie des Danses II”, une composition du pianiste palermitain Giovanni Damiani basée sur le lien entre les structures mathématiques, géométriques et musicales, qui s’inspire de l’observation tridimensionnelle, et le développement de certaines “configurations asymétriques” qui génèrent des modèles “dansants” de dimensions variables mais tous connectés les uns aux autres.

Virzì proposera « Upcycling- hallucinations », un morceau qui vient d’une approche plus physique de l’instrument et qui allie, selon les mots du guitariste lui-même, “différentes situations sonores (ou ironiquement hallucinations) construites avec des notes d’idées musicales, des modules et des motifs polyrythmiques, des études et des structures d’improvisation combinées à d’autres éléments (pistes audio) empruntés à différentes musiques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest et du sud de l’Inde puis manipulé.”

Samedi 9 avril ce sera au tour du COLLECTIF MINUS : il présentera la performance “Autour de Palerme”, un système d’improvisation conçu pour créer une relation entre interprète et le lieu où il est exécuté.
Les musiciens de Minus vont construire un dialogue entre eux en utilisant l’espace comme paramètre d’improvisation.
Autour de Palerme en effet, il place l’auditeur au centre d’une expérience sonore dans laquelle la perspective frontale de l’écoute, typique du concert, est déséquilibrée au profit d’un scénario acoustique totalement immersif.
Le jeune trio de musiciens siciliens, Federico Pipia (basse électrique, électronique live), Simone Faraci (synthétiseur, électronique live) et Giovanni Magaglio (synthétiseur, électronique live), transplantés à Bologne, placent la recherche avec la musique au centre de leur travail électronique , électroacoustique et instrumental, comprenant des genres lointains, et dans lesquels les musiciens alternent dans des formations toujours différentes.

Le dimanche 10 avril, le compositeur et multi-instrumentiste américain Michael Moore (saxophones), bien connu du public de la Curva Minore et invité à plusieurs reprises à Palerme, se produira en concert avec le quatuor “Jazzmanyoudie”, un projet collaboratif de l’italien les musiciens Ruggero di Luisi (batterie) et Gabriele Bertossi (basse électrique) et la lituanienne Gabija Bartulytè (saxophone).
Formé aux Pays-Bas, le quatuor se concentre sur la relation entre la composition originale et l’improvisation, en particulier sur la façon dont l’improvisation et l’interaction créative peuvent souligner le développement d’une forme compositionnelle, suggérant une ontologie alternative qui veut rompre avec une relation dichotomique entre les deux formes et se rapprocher d’une approche relationnelle.

Michael Moore, membre de l’Instant Composers Pool Orchestra (ICP Orchestra), est l’une des références de la scène musicale improvisée et expérimentale internationale et a collaboré avec certains des musiciens les plus renommés dans le domaine.
Il a une profonde compréhension du jazz américain et de la tradition musicale improvisée néerlandaise, mais son écriture et son jeu sont également influencés par la musique d’autres cultures.
La musique de Sicile, de Madagascar, d’Istrie et d’Indonésie a été particulièrement influente.
Un projet récent c’est ‘bas, lent et bancal’, musique pour saxophone baryton, clarinette basse et trombone basée en partie sur la tradition du chant Labë a cappella du sud de l’Albanie.
Il a collaboré et a été influencé par des poètes et des poètes, des danseurs et d’autres artistes visuels.

Organisée par son épouse Valeria Cuffaro, la revue, qui donne une continuité au travail fervent et incisif de Lelio Giannetto, fondateur de l’association Curva Minore, et qui se poursuivra jusqu’au 15 mai, propose un parcours d’écoute et d’interaction avec des musiciens et interprètes actifs dans la scène musicale européenne contemporaine : Gunda Gottschalk, Carl Ludwig Hubsch, Gianni Trovalusci, Gandolfo Pagano, Anna-Liisa Eller, Taavi Kerikmäe, Dario Buccino, Dejana Sekulic, Giovanni Damiani, Flavio Virzì, Collettivo Minus, Michael Moore (et ses jeunes élèves) , Michele Di Leonardo, Valerio Minore, Thollem McDonas, Angela Villa et le SIO (Orchestre des improvisateurs siciliens).

La musique hétérodoxe de Prima Vera Contemporanea a pour objectif d’ouvrir de nouvelles voies de sens et de sens, offrant l’exploration de multiples sonorités et dimensions de timbre grâce à la présence d’artistes qui, avec leur diversité compositionnelle et interprétative, conduiront l’auditeur vers horizons expérientiels du son.
Au centre de la revue, l’improvisation, alliance du mouvement et du son, genèse dans l’instant, mais aussi la musique contemporaine, réinterprétations de répertoires allant de la musique ancienne au jazz, dans un constant franchissement des frontières musicales.

Les propositions sont une invitation à la liberté créative et expressive au-delà des distinctions artificielles entre genres et styles musicaux, sous la bannière de la pensée et de l’approche esthétique et relationnelle de Lelio Giannetto dont le travail, sa femme Valeria Cuffaro et leurs enfants Gabriele et Luca ils donnent continuité avec dévouement extrême et passion inépuisable.

Sur la photo, Fabio Virzì