À Palerme, le pont de Corleone rouvre entièrement. Gelarda : “Mais la limite de 30 par heure reste”

#Palerme #pont #Corleone #rouvre #entièrement #Gelarda #Mais #limite #par #heure #reste

«Depuis hier soir, le pont de Corleone a complètement rouvert, également en direction de Catane.
Un pont qui symbolise l’incapacité managériale de l’administration d’Orlando ».
C’est ce qu’a déclaré le conseiller municipal de Palerme, Igor Gelarda, de la Lega, qui ajoute : « Nous avons assisté au ballet des compétences d’abord, puis à la fermeture et ensuite à la réouverture.
La vérité est que la structure, construite dans les années 1960, n’a jamais eu d’entretien.
En 2005 il y avait déjà une première alarme et une limitation avec 11 tonnes par essieu et une vitesse maximale de 30 km/h.
Une sonnette d’alarme est restée lettre morte.
Jusqu’en 2018 lorsque, à la suite d’une polémique soulevée dans la salle d’audience, l’administration municipale, dirigée par Orlando, avec le conseiller de l’époque Arcuri, a déclaré que le pont était “relativement sûr”.
Bien sûr, jusqu’à un certain point car la Municipalité a imposé une limite de 30 km/h.
Et ça passe aussi par le contrôle de la vitesse avec le positionnement des radars : d’abord ponctuellement, depuis août dernier avec un emplacement fixe ».

«Le rapport technique, rédigé par Icaro Progetti et réalisé avec carottage de la structure, dément les thèses de la Municipalité et en effet – poursuit Gelarda -, nous invite à déplacer la limite de 30 à 50 km / h.
Et donc, outre les dégâts d’une structure manquante pour la ville de Palerme, la moquerie d’une limitation de vitesse inutile.
En attendant, combien de minutes ont été levées pour les Palermitains ? Combien de sanctions ont été notifiées sans vraiment en avoir besoin ? Combien d’automobilistes ont été contraints de payer une amende injuste ? Désormais, il serait juste que la Municipalité restitue ces sommes, résultat de fausses indications et encore plus de mauvais choix.
Au final, ce sont les Palermitains qui s’en mêlent comme d’habitude », conclut Gelarda.

© Tous droits réservés

This post is also available in: English